Position actuelle  : ACCUEIL >> Ecologie >> texte

La protection urgente du lac Erhai

2017-07-10      Texte de Yin Xing

 

Pour le 1er avril cette année, personne n’était d’humeur à plaisanter dans le district de protection du lac Erhai. 

Ce jour-là, XingxingDiandeng a dû changer les dates de son voyage de trois jours à Dali, dans la province du Yunnan, prévu pour la fête de Qingming, lorsqu’il a vu que le paiement de sa réservation d’hôtel lui avait été remboursé. Que s’était-il passé ? 

La veille, le gouvernement municipal de Dali avait fermé tous les restaurants et auberges de la zone centrale de préservation écologique du lac Erhai jusqu’à l’achèvement d’un projet d’interception des égouts voisins. Cette zone est densément peuplée et comprend 1 800 restaurants et hôtels qui offrent des vues magnifiques aux visiteurs. Le projet a contraint toutes les maisons donnant sur le lac à fermer leurs portes.

  

Un défi délicat  

Dali est depuis longtemps renommée pour ses monts recouverts de neige et ses beaux clairs de lune sur le lac Erhai. Tous les ans, de nombreux visiteurs chinois et étrangers se rendent dans la ville. Sa capacité d’accueil est d’ailleurs dépassée depuis des années en raison du développement et de la construction du quartier de Haidong. Shuanglang, un petit bourg peuplé par l’ethnie Bai au bord du lac, a accueilli 2 millions de visiteurs en 2014. En 2016, ce nombre était passé à 3,2 millions. Dans la zone touristique centrale de seulement 1 km2, on compte plus de 580 restaurants et auberges. 

L’augmentation du nombre de voyageurs s’est accompagnée d’une pollution plus lourde. Malgré l’activité plus agricole qu’industrielle de Shuanglang, la qualité de l’eau aux environs du lac Erhai est basse, en raison du mauvais traitement des déchets des auberges, dont les égouts se déversent directement dans le lac. 

Le tourisme a également eu un impact sur les îles voisines comme Jinsuo. Depuis des générations, les pêcheurs locaux vivent de leur activité, mais aujourd’hui, de plus en plus d’habitants se tournent vers le tourisme et vendent des souvenirs, ouvrent des restaurants et auberges ou proposent leurs services de guides. 

Le flux important de touristes, qui dépasse 2 000 personnes par jour, pose de nombreux défis. « Le plus grand défi est celui de l’eau potable », explique le villageois Yang Xu. Avec la détérioration de l’eau du lac Erhai, l’accès à l’eau potable diminue et les villageois doivent trouver d’autres solutions comme le filtrage de l’eau des caves karstiques. « Les touristes veulent surtout manger du poisson et des fruits de mer », ajoute M. Yang. « Il y a deux ou trois ans, durant la saison de pêche en avril, nous attrapions cinq tonnes de poisson en un mois. Aujourd’hui, la population d’escargots de mer et de coquillages a diminué à cause de la moins bonne qualité de l’eau. Beaucoup de pêcheurs doivent aller acheter du poisson ailleurs. » 

Afin d’offrir des vues toujours plus belles, les auberges sont devenues plus hautes, et certaines dépassent les limites imposées par le gouvernement. Pour avoir plus d’espace, elles ont commencé à s’étaler sur les voies publiques. Certaines ont même des terrasses suspendues au-dessus du lac.

 

中国专题图库