Aktuelle Position : Zuhause >> Economie >> Text

Aksu sur la Route de la soie

2017-09-14      Textede Zhu Xingxin    

  • 01 ZXX_7408-2.jpg

  • ZXX_7287.jpg

  • 02 ZXX_7073.jpg

  • ZXX_7580-1.jpg

  • ZXX_7868.jpg

  • ZXX_8098.jpg

  • ZXX_8644.jpg

  • ZXX_5180.jpg

  • ZXX_4536.jpg

  • ZXX_6917.jpg

< >

Le succès du Forum « Une ceinture et une route » pour la coopération internationale, qui a eu lieu à Beijing en mai 2017, a créé d'excellentes opportunités pour le développement de la région autonome ouïgoure du Xinjiang, située au centre de la Ceinture économique de la Route de la soie. Du 15 au 18 mai, Aksu, grand centre commerçant de l'ancienne Route de la soie, a accueilli les journalistes d'organisations médiatiques chinoises et internationales qui ont participé à une campagne d'information intitulée « Approcher les zones centrales de la Ceinture économique de la Route de la soie ».

Situé au pied sud du mont Tianshan au Xinjiang, Aksu est une ville ancienne qui, il y a deux millénaires,était un pointd’arrêt des caravanes et des voyageurs qui parcouraient la Route de la soie. Il s'agit également d'un lieu historique important en tant que destination de Zhang Qian, émissaire de la dynastie des Han (202 av. J.-C.-220) envoyé par l'empereur Wudi dans les régions de l'Ouest pour une mission de paix et d'amitié. Ce fut aussiun lieu de repos pour Xuanzang, éminent moine de la dynastie des Tang (618-907) qui a subi de nombreuses souffrances au fil de son pèlerinage en Inde à la recherche d'écritures bouddhistes.

Grâce à ses avantages géographiques, la ville jouit de longues heures de soleil enété et de températures très variées qui donnent des fruits délicieux comme les raisins, les dattes et les melons de Hami vendus dans le monde entier.

Il y a plusieurs siècles, Aksu était un carrefour pour les petits royaumes de Qiuci et Gumo dans les régions occidentales, ainsi que la premièreétape de culture bouddhiste de l'Inde vers la Chine centrale. C’est ici que les cultures orientales et occidentales se sont affrontées pour donner naissance aux cultures Qiuci et Dolan de renommée mondiale. En 2006, DolanMuqam, un élément majeur de la culture ouïgoure, a été inscritesur la première liste du patrimoine culturel immatériel de Chine. Beaucoup de peintres agriculteurs de la tribu Dolan continuent leur art et sont appréciés des visiteurs du monde entier, malgré leurabsence de formation formelle. « Nous sommes inspirés par nos vies qui sont différentes », explique Shania, une agricultrice peintre âgée de 35 ans.

Avant 1949, le Xinjiang souffrait de conditions éducativessous-développées : les gens ordinaires avaient rarement l'occasion d'aller à l'école. Depuis la fondation de la Chine nouvelle en 1949, le gouvernement local seconcentre sur l'éducation avec un grand soutien du gouvernement central. En 2016, le gouvernement local du Xinjiang a investi un milliard de yuans pour créer 552 jardins d'enfants bilingues dans ses zones rurales. On en compte aujourd’hui 4 387 après les travaux de construction et de rénovation. Les objectifs fixés dans le 13e plan quinquennal (2016-2020) seront atteints avant l'échéance et 560 000 enfants de plus dans les régions rurales du Xinjiang recevront gratuitement trois ans d'études bilingues.

Les textiles ont toujours été une grande industrie traditionnelle en Chine. Plus de 60 % du coton du pays provient du Xinjiang. Aksu a des zones de plantation de coton totalisant 270 000 hectares, ce qui représente un neuvième de la production nationale. La Ville industrielle textile d’Aksu, parc industriel clé du Xinjiang, a une superficie prévue de 54,58 kilomètres carrés, et une capacité de production annuelle de 6 millions de broches. Aujourd'hui, elle sert de base de production de premier plan pour les exportations de textiles vers l'Asie centrale, l'Asie du Sud et l'Europe auprès d'environ 70 producteurs de vêtements, y compris Huafu Top Dyed Melange Yarn, Youngor Group et Jiangsu Lianfa Textitle. En 2016 seulement, le parc industriel a accueilli 28 projets d'une valeur de près de 15,6 milliards de yuans.

Au fur et à mesure que l’initiativedes Nouvelles Routes de la soieprogresse, une nouvelle ville industrielle textile moderne prometteuse émerge et crée de grandes opportunités pour les fournisseurs locaux de matières premières, des opportunités d’emploi pour les jeunes issus de minorités ethniques, de formations dans l’industrie textile,de production de vêtements et de réduction de la pauvreté.

Aujourd'hui, Aksu est une ville attrayante pour les investisseurs étrangers et a un grand potentiel grâce à ses plateformes de commerce textile et son industrie du coton en plein essor.

 

Légendes

1. Aksu,dans le sud du Xinjiang, était un lieu célèbre de la Route de la soie il y a 2 000 ans.

2. Aksu a permis l’entrée en Chine centrale du bouddhisme depuis l’Inde.

3. La culture de DolanMuqam a été inscritesur la première liste du patrimoine culturel immatériel de Chine.

4. La production de coton d’Aksureprésente un neuvième de la production nationale.

<

>

Aksu sur la Route de la soie

2017-09-14      Textede Zhu Xingxin

  • 01 ZXX_7408-2.jpg

  • ZXX_7287.jpg

  • 02 ZXX_7073.jpg

  • ZXX_7580-1.jpg

  • ZXX_7868.jpg

  • ZXX_8098.jpg

  • ZXX_8644.jpg

  • ZXX_5180.jpg

  • ZXX_4536.jpg

  • ZXX_6917.jpg

Le succès du Forum « Une ceinture et une route » pour la coopération internationale, qui a eu lieu à Beijing en mai 2017, a créé d'excellentes opportunités pour le développement de la région autonome ouïgoure du Xinjiang, située au centre de la Ceinture économique de la Route de la soie. Du 15 au 18 mai, Aksu, grand centre commerçant de l'ancienne Route de la soie, a accueilli les journalistes d'organisations médiatiques chinoises et internationales qui ont participé à une campagne d'information intitulée « Approcher les zones centrales de la Ceinture économique de la Route de la soie ».

Situé au pied sud du mont Tianshan au Xinjiang, Aksu est une ville ancienne qui, il y a deux millénaires,était un pointd’arrêt des caravanes et des voyageurs qui parcouraient la Route de la soie. Il s'agit également d'un lieu historique important en tant que destination de Zhang Qian, émissaire de la dynastie des Han (202 av. J.-C.-220) envoyé par l'empereur Wudi dans les régions de l'Ouest pour une mission de paix et d'amitié. Ce fut aussiun lieu de repos pour Xuanzang, éminent moine de la dynastie des Tang (618-907) qui a subi de nombreuses souffrances au fil de son pèlerinage en Inde à la recherche d'écritures bouddhistes.

Grâce à ses avantages géographiques, la ville jouit de longues heures de soleil enété et de températures très variées qui donnent des fruits délicieux comme les raisins, les dattes et les melons de Hami vendus dans le monde entier.

Il y a plusieurs siècles, Aksu était un carrefour pour les petits royaumes de Qiuci et Gumo dans les régions occidentales, ainsi que la premièreétape de culture bouddhiste de l'Inde vers la Chine centrale. C’est ici que les cultures orientales et occidentales se sont affrontées pour donner naissance aux cultures Qiuci et Dolan de renommée mondiale. En 2006, DolanMuqam, un élément majeur de la culture ouïgoure, a été inscritesur la première liste du patrimoine culturel immatériel de Chine. Beaucoup de peintres agriculteurs de la tribu Dolan continuent leur art et sont appréciés des visiteurs du monde entier, malgré leurabsence de formation formelle. « Nous sommes inspirés par nos vies qui sont différentes », explique Shania, une agricultrice peintre âgée de 35 ans.

Avant 1949, le Xinjiang souffrait de conditions éducativessous-développées : les gens ordinaires avaient rarement l'occasion d'aller à l'école. Depuis la fondation de la Chine nouvelle en 1949, le gouvernement local seconcentre sur l'éducation avec un grand soutien du gouvernement central. En 2016, le gouvernement local du Xinjiang a investi un milliard de yuans pour créer 552 jardins d'enfants bilingues dans ses zones rurales. On en compte aujourd’hui 4 387 après les travaux de construction et de rénovation. Les objectifs fixés dans le 13e plan quinquennal (2016-2020) seront atteints avant l'échéance et 560 000 enfants de plus dans les régions rurales du Xinjiang recevront gratuitement trois ans d'études bilingues.

Les textiles ont toujours été une grande industrie traditionnelle en Chine. Plus de 60 % du coton du pays provient du Xinjiang. Aksu a des zones de plantation de coton totalisant 270 000 hectares, ce qui représente un neuvième de la production nationale. La Ville industrielle textile d’Aksu, parc industriel clé du Xinjiang, a une superficie prévue de 54,58 kilomètres carrés, et une capacité de production annuelle de 6 millions de broches. Aujourd'hui, elle sert de base de production de premier plan pour les exportations de textiles vers l'Asie centrale, l'Asie du Sud et l'Europe auprès d'environ 70 producteurs de vêtements, y compris Huafu Top Dyed Melange Yarn, Youngor Group et Jiangsu Lianfa Textitle. En 2016 seulement, le parc industriel a accueilli 28 projets d'une valeur de près de 15,6 milliards de yuans.

Au fur et à mesure que l’initiativedes Nouvelles Routes de la soieprogresse, une nouvelle ville industrielle textile moderne prometteuse émerge et crée de grandes opportunités pour les fournisseurs locaux de matières premières, des opportunités d’emploi pour les jeunes issus de minorités ethniques, de formations dans l’industrie textile,de production de vêtements et de réduction de la pauvreté.

Aujourd'hui, Aksu est une ville attrayante pour les investisseurs étrangers et a un grand potentiel grâce à ses plateformes de commerce textile et son industrie du coton en plein essor.

 

Légendes

1. Aksu,dans le sud du Xinjiang, était un lieu célèbre de la Route de la soie il y a 2 000 ans.

2. Aksu a permis l’entrée en Chine centrale du bouddhisme depuis l’Inde.

3. La culture de DolanMuqam a été inscritesur la première liste du patrimoine culturel immatériel de Chine.

4. La production de coton d’Aksureprésente un neuvième de la production nationale.