Position actuelle  : ACCUEIL >> Exclusif >> texte

Le rêve automobile devient réalité en Biélorussie

2017-07-10      Texte et photographies de Xie Shuang

Belgee, une coentreprise établie par le fabricant automobile Geely en Biélorussie, est un projet vedette de la coopération économique entre la Chine et la Biélorussie dans le cadre de l’initiative des Nouvelles Routes de la soie. Située à Barysaw, près de Minsk, la société est la seule productrice de véhicules automobiles du pays, et la première coentreprise du secteur entre les deux pays.

La Biélorussie, anciennement membre de l’Union soviétique, était autrefois un centre de production de poids lourds dans le système de répartition industrielle qui ne lui a laissé que des capacités de production limitées depuis l’effondrement de l’URSS. Elle a rencontré de nombreuses difficultés dans ses tentatives de produire des berlines, alors qu’elle était championne du monde des camions industriels dernier cri.

Relativement isolé à l’ouest du plateau d’Europe orientale, le pays s’étend sur un territoire de 207 595 km2, avec une population de 9,75 millions de personnes. En 2016, son PIB par habitant était seulement de 5000 dollars. Le pays souffre d’un manque de capitaux, de professionnels qualifiés, de technologies et d’accès au marché. Plusieurs grandes marques comme Ford et Volkswagen ont tenté d’y établir des coentreprises, sans que ces projets ne deviennent réalité. « Nous avons besoin d’un pays capable de nous aider à produire des voitures compétitives », a un jour soupiré le président biélorusse Alexandre Loukachenko.

Ces dernières années, l’industrie automobile chinoise a connu de grandes avancées, et ses voitures ont commencé à s’exporter dans le monde entier. La Biélorussie est d’ailleurs un centre de distribution pour l’Europe centrale et orientale.




En 2013, Li Shufu, président de Zhejiang Geely Holding Group, a signé un accord à Beijing avec Dzmitry Katerynich, le ministre biélorusse de l’Industrie, en vue d’établir une grande usine d’assemblage qui a marqué le début du projet Belgee.

Selon les termes de l’accord, Belaz, la deuxième plus grande entreprise d’équipements miniers du monde, et Soyuz, une coentreprise de pièces automobiles en Biélorussie, se sont associées pour donner naissance à Geely (Belarus) Automobile Co., Ltd., qui a prévu de produire annuellement jusqu’à 120 000 voitures Geely dans le pays.

Depuis sa création, le projet suscite une grande attention des dirigeants des deux pays. Le 8 mai 2015, le président chinois Xi Jinping a publié un éditorial dans le journalSovetskaya Belorussiya, dans lequel il a noté que la sortie de la chaîne d’assemblage des voitures Belgee par Geely permettrait à la Biélorussie de réaliser son « rêve de berlines ». Le 7 avril 2016, le président Alexandre Loukachenko a signé un décret ordonnant à toutes les administrations gouvernementales d’acheter des voitures Belgee plutôt que des véhicules importés, après les avoir inspectées lors d’un salon automobile.

La société a fait de grandes avancées grâce à l’initiative des Nouvelles Routes de la soie. En juillet de cette année, une nouvelle zone industrielle d’une superficie de plus de 90 hectares entrera en service, grâce à un investissement de 300 millions de dollars.

« Merci à la Chine de faire démarrer nos rêves automobiles ! » s’est exclamé Volodymyr Pavlov Veitch, directeur général adjoint de Belgee, en ajoutant qu’il était fier qu’une usine automobile de haute technologie soit construite dans sa ville. Il a exprimé sa joie de pouvoir contribuer au développement de son pays.

« La Chine nous aide véritablement à faire progresser notre industrie nationale », a déclaré Vladimir Semashko, le premier ministre adjoint de la Biélorussie.

 

中国专题图库