Aktuelle Position : Zuhause >> Exclusif >> Text

Un pays, deux systèmes : une expérience de gouvernance

2017-08-11      Texte de Tian Feilong    

  • 17372227_8.jpg

  • 00-dsc03441.jpg

  • pbu268931_04.jpg

  • VCG31456715770.jpg

  • VCG31N647332950.jpg

  • 12769052_8.jpg

  • 86804485_4.jpg

  • 12493093_8.jpg

  • 20160607_45886.jpg

  • scr105101.jpg

  • 20170517_29884.jpg

  • 272003295_8.jpg

  • 271757577_8.jpg

  • 79594194_8.jpg

  • 234287783_8.jpg

  • 00-2000-121225-DSC02923.jpg

  • IMG_8717.jpg

< >

 

Le 1er juillet 2017 marquait le 20e anniversaire du retour de Hong Kong à la Chine. La politique « un pays, deux systèmes » appliquée à Hong Kong a atteint une période intermédiaire. Dans toute la Chine, des discussions, des recherches et des activités commémoratives ont eu lieu. La communauté internationale, tout en reconnaissant la gouvernance efficace du gouvernement central chinois et les réalisations de Hong Kong au cours des deux dernières décennies, a spéculé avec enthousiasme sur les plans et les politiques qui seront mis en avant à Hong Kong dans les années à venir.

Lorsque l'on discute de la gouvernance à Hong Kong, tout en insistant sur le fait que la région peut continuer d’exercer un haut degré d'autonomie, la communauté internationale met davantage l'accent sur l'évaluation dynamique de la certitude et la rationalisation des actes de l'État chinois. Au cours des deux dernières décennies, dans le cadre du principe « un pays, deux systèmes » et de la Loi fondamentale de la région administrative spéciale de Hong Kong de la République populaire de Chine (ci-après « Loi fondamentale »), le gouvernement central a pleinement respecté et soutenu le haut degré d'autonomie de Hong Kong, garanti sa prospérité et sa stabilité, et a maintenu l'autorité générale et l'ordre de la Loi fondamentale, en tant que gardien fidèle et qualifié des institutions.

Pour la Chine, la pratique du principe « un pays, deux systèmes » à Hong Kong est beaucoup plus qu'une expérience de gestion. La Chine socialiste y maintient un système capitaliste local sur le long terme, soutient et gère activement cette existence significativement différente. La Chine a répondu et globalement satisfait les exigences des différentes parties prenantes aux niveaux national, local et international, et maintenu l'équilibre intérieur et la vitalité du principe « un pays, deux systèmes » et de la Loi fondamentale. Toutes ces réalisations ont été possibles grâce à un travail acharné. Tout en gouvernant Hong Kong depuis vingt ans, le gouvernement central a entrepris des études et des échanges avec la communauté internationale à des niveaux plus profonds et a acquis une capacité de gouvernance et de législation encore plus complète.

 

Le retour de Hong Kong et les défis de gouvernance

En 1842, la dynastie Qing (1644-1911) fut vaincue par le Royaume-Uni lors de la première guerre de l'opium (1840-1842). La cour impériale a été contrainte de signer le traité de Nankin, le premier de nombreux traités inégaux auxquels la Chine a été contrainte par les puissances impérialistes étrangères. Le traité accordait la cession de l'île de Hong Kong à la Grande-Bretagne, la plaçant sous la domination coloniale britannique. Le compte à rebours vers le retour de Hong Kong à la patrie a ainsi commencé. Pour la Chine, la souffrance et la misère infligées par la guerre étaient bien plus qu'une simple cession de territoire. Le siècle d’humiliation qui a suivi a amené de nombreuses vicissitudes.

De 1842 à 1997, Hong Kong a fait face à une épreuve de force entre deux périodes historiques et deux identités. La première était une vue historique de la domination coloniale britannique. En facilitant le commerce international et la gouvernance de la Common Law, la Grande-Bretagne est devenue une puissance mondiale des temps modernes. Sur la base de ce système, Hong Kong et son peuple sont entrés dans la modernisation et ont établi une vision plus favorable de l'histoire coloniale. Le retour de Hong Kong à la patrie a été vu comme une victoire pour la Chine et son peuple contre le brutal environnement semi-colonial et semi-féodal, la restauration de la souveraineté de Hong Kong après des générations de lutte et le chemin vers la prospérité future. Après deux guerres mondiales, la Grande-Bretagne a subi un déclin décisif et son système colonial s'est effondré. En 1984, la Chine et la Grande-Bretagne ont signé la Déclaration conjointe du gouvernement de la République populaire de Chine et du gouvernement du Royaume-Uni sur la question de Hong Kong à Beijing, confirmant que le gouvernement chinois reprendrait et exercerait sa souveraineté sur Hong Kong à partir du 1er juillet 1997. Hong Kong est entré dans une période de transition de 13 ans avant son retour à la Chine. Les facteurs qui ont permis le succès de Hong Kong sont à chercher non seulement dans le patriotisme des Chinois de Hong Kong et la vision d'une communauté d'avenir partagé des deux côtés, mais aussi dans la force de la Chine et les perspectives d’approfondir sa réforme et son ouverture.

Le 1er juillet 1997, Hong Kong est retourné à la patrie, sous les exclamations de la nation entière. Cependant, certains sentiments du peuple de Hong Kong au sujet de la domination coloniale britannique, des valeurs et des modes de vie façonnés par cette domination coloniale, n’ont pas été facilement surmontés. Il est clair qu'au cours de la période transitoire de 1984 à 1997, certains membres de Hong Kong ont été incapables de changer leurs sentiments au sujet de la domination coloniale, qui guidait la ville depuis cent ans, et de célébrer le retour de Hong Kong à la patrie.

Ainsi, il est compréhensible que certains résidents de Hong Kong n’aient pas ressenti la même émotion que leurs compatriotes du continent sur la restauration de la souveraineté. Dans les « deux systèmes », les individus ont des différences de valeurs et de cultures politiques qui ne peuvent être ignorées, même dans un seul pays. En outre, en raison des diverses forces latentes et des mécanismes de barrière établis par la Grande-Bretagne lors du retour de Hong Kong à la Chine, l’épreuve politique entre la Chine et la Grande-Bretagne n'a pas pris fin en 1997, mais a influencé la gouvernance de Hong Kong longtemps après la rétrocession.

Alors que nous célébrons le 20e anniversaire du retour de Hong Kong, en résumant les réalisations du gouvernement central chinois à Hong Kong, nous devons également constater que la Loi fondamentale connaisse une sorte de questionnement. Hong Kong est actuellement confronté à certains défis : les fonctions administratives et les actes du gouvernement de la région administrative spéciale, tels que définis dans la Loi fondamentale, ont été restreints. Une localisation excessive de la juridiction a nui à certains intérêts nationaux. Certaines forces d'opposition à Hong Kong ont montré une tendance à la radicalisation et à la violence, menaçant directement l'ordre et la sécurité de la Loi fondamentale. Les contradictions sociales et les politiques publiques abusives sur les moyens de subsistance des gens ont mené à une insatisfaction fréquente à Hong Kong.

 

La gouvernance de Hong Kong aujourd’hui

Le gouvernement central chinois a réagi dynamiquement, suivi et diagnostiqué les problèmes majeurs et les tendances évolutives dans la gouvernance de Hong Kong. Il a fourni des réponses conformes à son rôle constitutionnel et a assumé la responsabilité de protéger le principe « un pays, deux systèmes » et la Loi fondamentale.

Sur la base de certaines politiques et discours connexes publiés par le gouvernement central chinois à Hong Kong et à Macao depuis 2017, les plans futurs du gouvernement central chinois pour gouverner Hong Kong devraient inclure les éléments suivants.

La politique « un pays, deux systèmes » demeurera inchangée pendant longtemps. Dans un bon nombre de documents et dans de nombreuses occasions formelles, le gouvernement central a souligné que la politique « un pays, deux systèmes » et les lois fondamentales, cadre pour gouverner Hong Kong et Macao, resteront stables sur le long terme. Aucune réforme institutionnelle majeure ne sera menée et une plus grande importance sera accordée à l'amélioration et à l'ajustement des politiques, ainsi qu'à une application plus complète de la loi. Ces mouvements ont montré la continuité et la force de volonté stratégique de la politique du gouvernement central envers Hong Kong et ont fourni des bases constitutionnelles et politiques essentielles pour la stabilité et la prospérité à long terme de Hong Kong et de Macao.

Le principe de « gouverner Hong Kong conformément à la loi » sera consolidé. Les politiques et les déclarations connexes publiées par le gouvernement central de Chine sur le gouvernement de Hong Kong depuis 2017 mettent en évidence la tendance générale de la primauté du droit à Hong Kong. Une plus grande importance a été accordée aux aspects suivants : premièrement, la Constitution chinoise et la Loi fondamentale constituent une base juridique commune pour la gouvernance de Hong Kong. Dans ce contexte, l'effet d'intégration juridique devrait être réaffirmé et souligné. Deuxièmement, le rôle de la Loi fondamentale dans l'orientation administrative devrait être réaffirmé et le gouvernement central devra soutenir le chef de l’exécutif à Hong Kong pour exercer des fonctions administratives conformément à la loi. Troisièmement, dans le cadre de la Loi fondamentale, le séparatisme à Hong Kong enfreint la Constitution et cause de grands dommages à la société. Le principe de « gouverner Hong Kong conformément à la Constitution et à la Loi fondamentale » devient la politique de gouvernance commune pour le gouvernement central, ainsi que pour l'autonomie de Hong Kong. Le gouvernement central a précisé qu'il transformerait la pratique antérieure de « gouverner Hong Kong par consultation » à « gouverner Hong Kong conformément à la loi ».

La coordination des cinq objectifs de développement pour Hong Kong va revigorer sa reconstruction sociale. Le rapport de la Chine en 2017 sur l’activité du gouvernement a mis l'accent sur les cinq objectifs de gouvernance et de développement social à Hong Kong, y compris l'exercice de la gouvernance juridique, la croissance de l'économie, l'amélioration du bien-être, l'avancement de la démocratie et la promotion de l'harmonie sociale. Les cinq objectifs combinent différents sujets, y compris la règle de droit, les systèmes politiques, l'économie et la société. Au cours des dernières années, la gouvernance de Hong Kong s’est trouvée en proie aux mouvements sociaux, aux réformes politiques et même aux appels au séparatisme, entraînant des pertes énormes et un ralentissement économique. Hong Kong a urgemment besoin de surmonter le piège de la « politisation », promouvoir activement le développement économique, créer une nouvelle voie de développement et apporter de nouvelles contributions à la patrie. L'autorité du droit et la rationalité de l'ordre forment la base de la prospérité et de la stabilité de Hong Kong. Le développement économique et le bien-être sont les points clés de la reconstruction de Hong Kong ; ils servent de facteurs importants pour relancer Hong Kong et guérir la fracture existante.

L'intégration régionale deviendra la nouvelle direction stratégique du développement économique de Hong Kong. Au cours des dernières années, le gouvernement central a favorisé activement sa stratégie nationale avec une coopération et une intégration plus étroites entre la province du Guangdong, Hong Kong et Macao. Le concept central de la stratégie est d'aider Hong Kong à surmonter ses limites géographiques et à s’intégrer au système national pour éviter l'isolationnisme préconisé par les séparatistes. L'utilisation du développement économique pour résoudre les problèmes politiques constitue la sagesse fondamentale du « modèle chinois ». La société de Hong Kong est différente de celle de la partie continentale à bien des égards. L'amélioration de l'économie et du bien-être, et l'intégration régionale de l'économie ne peuvent pas complètement remplacer les objectifs de démocratisation et d'ajustement à Hong Kong. Ainsi, la gouvernance collaborative est encore plus nécessaire pour réaliser de bons résultats.

Les avantages, le statut et la fonction d’exception de Hong Kong et de Macao dans les stratégies nationales de la Chine, en particulier dans l'initiative des Nouvelles Routes de la soie, exigent plus d'attention. Les avantages mutuels dynamiques devraient être utilisés pour assurer et sauvegarder les bases justes de la politique « un pays, deux systèmes ». Le haut degré d'autonomie à la fois pour Hong Kong et Macao n'est ni un droit inné, ni accordé par les colons. C'est une décision politique de la haute législature chinoise dans l'intérêt général de la modernisation du pays, ainsi que dans l’intérêt de sa réforme et de son ouverture. Selon la chaîne logique complète du principe « un pays, deux systèmes », en maintenant la prospérité et la stabilité de Hong Kong et de Macao, le gouvernement central a l'objectif de soutenir le développement futur du pays. En ce sens, Hong Kong devrait non seulement profiter du haut degré d'autonomie et des droits divers accordés par la Loi fondamentale, mais aussi assumer la responsabilité et promouvoir l'éthique politique de la sauvegarde de la souveraineté nationale, de la sécurité et des intérêts de développement. En participant activement à l'intégration régionale et à la construction des Nouvelles Routes de la soie, Hong Kong peut devenir un exemple de pratique précise et complète de la politique « un pays, deux systèmes » et réfléchir à la « rééducation des citoyens » à Hong Kong et Macao.

Au cours des deux dernières décennies, dans le cadre du principe « un pays, deux systèmes », le gouvernement central et la société de Hong Kong sont restés consacrés à la prospérité et à la stabilité, à l'interaction économique entre la partie continentale et Hong Kong, et aux progrès sur la primauté du droit, ainsi qu’à la transformation sociale dans le cadre de la Loi fondamentale. Bien que de nombreuses réalisations aient été réalisées, des défis dans différents domaines doivent être abordés. À l'heure actuelle, la gouvernance de Hong Kong est entrée dans une nouvelle phase, qui requiert d'urgence que le gouvernement central chinois et Hong Kong réalisent une rétrospection, une synthèse et une introspection objectives sur les vingt dernières années. C’est ainsi qu’un avenir brillant pourra être assuré à Hong Kong.


 

<

>

Un pays, deux systèmes : une expérience de gouvernance

2017-08-11      Texte de Tian Feilong

  • 17372227_8.jpg

  • 00-dsc03441.jpg

  • pbu268931_04.jpg

  • VCG31456715770.jpg

  • VCG31N647332950.jpg

  • 12769052_8.jpg

  • 86804485_4.jpg

  • 12493093_8.jpg

  • 20160607_45886.jpg

  • scr105101.jpg

  • 20170517_29884.jpg

  • 272003295_8.jpg

  • 271757577_8.jpg

  • 79594194_8.jpg

  • 234287783_8.jpg

  • 00-2000-121225-DSC02923.jpg

  • IMG_8717.jpg

 

Le 1er juillet 2017 marquait le 20e anniversaire du retour de Hong Kong à la Chine. La politique « un pays, deux systèmes » appliquée à Hong Kong a atteint une période intermédiaire. Dans toute la Chine, des discussions, des recherches et des activités commémoratives ont eu lieu. La communauté internationale, tout en reconnaissant la gouvernance efficace du gouvernement central chinois et les réalisations de Hong Kong au cours des deux dernières décennies, a spéculé avec enthousiasme sur les plans et les politiques qui seront mis en avant à Hong Kong dans les années à venir.

Lorsque l'on discute de la gouvernance à Hong Kong, tout en insistant sur le fait que la région peut continuer d’exercer un haut degré d'autonomie, la communauté internationale met davantage l'accent sur l'évaluation dynamique de la certitude et la rationalisation des actes de l'État chinois. Au cours des deux dernières décennies, dans le cadre du principe « un pays, deux systèmes » et de la Loi fondamentale de la région administrative spéciale de Hong Kong de la République populaire de Chine (ci-après « Loi fondamentale »), le gouvernement central a pleinement respecté et soutenu le haut degré d'autonomie de Hong Kong, garanti sa prospérité et sa stabilité, et a maintenu l'autorité générale et l'ordre de la Loi fondamentale, en tant que gardien fidèle et qualifié des institutions.

Pour la Chine, la pratique du principe « un pays, deux systèmes » à Hong Kong est beaucoup plus qu'une expérience de gestion. La Chine socialiste y maintient un système capitaliste local sur le long terme, soutient et gère activement cette existence significativement différente. La Chine a répondu et globalement satisfait les exigences des différentes parties prenantes aux niveaux national, local et international, et maintenu l'équilibre intérieur et la vitalité du principe « un pays, deux systèmes » et de la Loi fondamentale. Toutes ces réalisations ont été possibles grâce à un travail acharné. Tout en gouvernant Hong Kong depuis vingt ans, le gouvernement central a entrepris des études et des échanges avec la communauté internationale à des niveaux plus profonds et a acquis une capacité de gouvernance et de législation encore plus complète.

 

Le retour de Hong Kong et les défis de gouvernance

En 1842, la dynastie Qing (1644-1911) fut vaincue par le Royaume-Uni lors de la première guerre de l'opium (1840-1842). La cour impériale a été contrainte de signer le traité de Nankin, le premier de nombreux traités inégaux auxquels la Chine a été contrainte par les puissances impérialistes étrangères. Le traité accordait la cession de l'île de Hong Kong à la Grande-Bretagne, la plaçant sous la domination coloniale britannique. Le compte à rebours vers le retour de Hong Kong à la patrie a ainsi commencé. Pour la Chine, la souffrance et la misère infligées par la guerre étaient bien plus qu'une simple cession de territoire. Le siècle d’humiliation qui a suivi a amené de nombreuses vicissitudes.

De 1842 à 1997, Hong Kong a fait face à une épreuve de force entre deux périodes historiques et deux identités. La première était une vue historique de la domination coloniale britannique. En facilitant le commerce international et la gouvernance de la Common Law, la Grande-Bretagne est devenue une puissance mondiale des temps modernes. Sur la base de ce système, Hong Kong et son peuple sont entrés dans la modernisation et ont établi une vision plus favorable de l'histoire coloniale. Le retour de Hong Kong à la patrie a été vu comme une victoire pour la Chine et son peuple contre le brutal environnement semi-colonial et semi-féodal, la restauration de la souveraineté de Hong Kong après des générations de lutte et le chemin vers la prospérité future. Après deux guerres mondiales, la Grande-Bretagne a subi un déclin décisif et son système colonial s'est effondré. En 1984, la Chine et la Grande-Bretagne ont signé la Déclaration conjointe du gouvernement de la République populaire de Chine et du gouvernement du Royaume-Uni sur la question de Hong Kong à Beijing, confirmant que le gouvernement chinois reprendrait et exercerait sa souveraineté sur Hong Kong à partir du 1er juillet 1997. Hong Kong est entré dans une période de transition de 13 ans avant son retour à la Chine. Les facteurs qui ont permis le succès de Hong Kong sont à chercher non seulement dans le patriotisme des Chinois de Hong Kong et la vision d'une communauté d'avenir partagé des deux côtés, mais aussi dans la force de la Chine et les perspectives d’approfondir sa réforme et son ouverture.

Le 1er juillet 1997, Hong Kong est retourné à la patrie, sous les exclamations de la nation entière. Cependant, certains sentiments du peuple de Hong Kong au sujet de la domination coloniale britannique, des valeurs et des modes de vie façonnés par cette domination coloniale, n’ont pas été facilement surmontés. Il est clair qu'au cours de la période transitoire de 1984 à 1997, certains membres de Hong Kong ont été incapables de changer leurs sentiments au sujet de la domination coloniale, qui guidait la ville depuis cent ans, et de célébrer le retour de Hong Kong à la patrie.

Ainsi, il est compréhensible que certains résidents de Hong Kong n’aient pas ressenti la même émotion que leurs compatriotes du continent sur la restauration de la souveraineté. Dans les « deux systèmes », les individus ont des différences de valeurs et de cultures politiques qui ne peuvent être ignorées, même dans un seul pays. En outre, en raison des diverses forces latentes et des mécanismes de barrière établis par la Grande-Bretagne lors du retour de Hong Kong à la Chine, l’épreuve politique entre la Chine et la Grande-Bretagne n'a pas pris fin en 1997, mais a influencé la gouvernance de Hong Kong longtemps après la rétrocession.

Alors que nous célébrons le 20e anniversaire du retour de Hong Kong, en résumant les réalisations du gouvernement central chinois à Hong Kong, nous devons également constater que la Loi fondamentale connaisse une sorte de questionnement. Hong Kong est actuellement confronté à certains défis : les fonctions administratives et les actes du gouvernement de la région administrative spéciale, tels que définis dans la Loi fondamentale, ont été restreints. Une localisation excessive de la juridiction a nui à certains intérêts nationaux. Certaines forces d'opposition à Hong Kong ont montré une tendance à la radicalisation et à la violence, menaçant directement l'ordre et la sécurité de la Loi fondamentale. Les contradictions sociales et les politiques publiques abusives sur les moyens de subsistance des gens ont mené à une insatisfaction fréquente à Hong Kong.

 

La gouvernance de Hong Kong aujourd’hui

Le gouvernement central chinois a réagi dynamiquement, suivi et diagnostiqué les problèmes majeurs et les tendances évolutives dans la gouvernance de Hong Kong. Il a fourni des réponses conformes à son rôle constitutionnel et a assumé la responsabilité de protéger le principe « un pays, deux systèmes » et la Loi fondamentale.

Sur la base de certaines politiques et discours connexes publiés par le gouvernement central chinois à Hong Kong et à Macao depuis 2017, les plans futurs du gouvernement central chinois pour gouverner Hong Kong devraient inclure les éléments suivants.

La politique « un pays, deux systèmes » demeurera inchangée pendant longtemps. Dans un bon nombre de documents et dans de nombreuses occasions formelles, le gouvernement central a souligné que la politique « un pays, deux systèmes » et les lois fondamentales, cadre pour gouverner Hong Kong et Macao, resteront stables sur le long terme. Aucune réforme institutionnelle majeure ne sera menée et une plus grande importance sera accordée à l'amélioration et à l'ajustement des politiques, ainsi qu'à une application plus complète de la loi. Ces mouvements ont montré la continuité et la force de volonté stratégique de la politique du gouvernement central envers Hong Kong et ont fourni des bases constitutionnelles et politiques essentielles pour la stabilité et la prospérité à long terme de Hong Kong et de Macao.

Le principe de « gouverner Hong Kong conformément à la loi » sera consolidé. Les politiques et les déclarations connexes publiées par le gouvernement central de Chine sur le gouvernement de Hong Kong depuis 2017 mettent en évidence la tendance générale de la primauté du droit à Hong Kong. Une plus grande importance a été accordée aux aspects suivants : premièrement, la Constitution chinoise et la Loi fondamentale constituent une base juridique commune pour la gouvernance de Hong Kong. Dans ce contexte, l'effet d'intégration juridique devrait être réaffirmé et souligné. Deuxièmement, le rôle de la Loi fondamentale dans l'orientation administrative devrait être réaffirmé et le gouvernement central devra soutenir le chef de l’exécutif à Hong Kong pour exercer des fonctions administratives conformément à la loi. Troisièmement, dans le cadre de la Loi fondamentale, le séparatisme à Hong Kong enfreint la Constitution et cause de grands dommages à la société. Le principe de « gouverner Hong Kong conformément à la Constitution et à la Loi fondamentale » devient la politique de gouvernance commune pour le gouvernement central, ainsi que pour l'autonomie de Hong Kong. Le gouvernement central a précisé qu'il transformerait la pratique antérieure de « gouverner Hong Kong par consultation » à « gouverner Hong Kong conformément à la loi ».

La coordination des cinq objectifs de développement pour Hong Kong va revigorer sa reconstruction sociale. Le rapport de la Chine en 2017 sur l’activité du gouvernement a mis l'accent sur les cinq objectifs de gouvernance et de développement social à Hong Kong, y compris l'exercice de la gouvernance juridique, la croissance de l'économie, l'amélioration du bien-être, l'avancement de la démocratie et la promotion de l'harmonie sociale. Les cinq objectifs combinent différents sujets, y compris la règle de droit, les systèmes politiques, l'économie et la société. Au cours des dernières années, la gouvernance de Hong Kong s’est trouvée en proie aux mouvements sociaux, aux réformes politiques et même aux appels au séparatisme, entraînant des pertes énormes et un ralentissement économique. Hong Kong a urgemment besoin de surmonter le piège de la « politisation », promouvoir activement le développement économique, créer une nouvelle voie de développement et apporter de nouvelles contributions à la patrie. L'autorité du droit et la rationalité de l'ordre forment la base de la prospérité et de la stabilité de Hong Kong. Le développement économique et le bien-être sont les points clés de la reconstruction de Hong Kong ; ils servent de facteurs importants pour relancer Hong Kong et guérir la fracture existante.

L'intégration régionale deviendra la nouvelle direction stratégique du développement économique de Hong Kong. Au cours des dernières années, le gouvernement central a favorisé activement sa stratégie nationale avec une coopération et une intégration plus étroites entre la province du Guangdong, Hong Kong et Macao. Le concept central de la stratégie est d'aider Hong Kong à surmonter ses limites géographiques et à s’intégrer au système national pour éviter l'isolationnisme préconisé par les séparatistes. L'utilisation du développement économique pour résoudre les problèmes politiques constitue la sagesse fondamentale du « modèle chinois ». La société de Hong Kong est différente de celle de la partie continentale à bien des égards. L'amélioration de l'économie et du bien-être, et l'intégration régionale de l'économie ne peuvent pas complètement remplacer les objectifs de démocratisation et d'ajustement à Hong Kong. Ainsi, la gouvernance collaborative est encore plus nécessaire pour réaliser de bons résultats.

Les avantages, le statut et la fonction d’exception de Hong Kong et de Macao dans les stratégies nationales de la Chine, en particulier dans l'initiative des Nouvelles Routes de la soie, exigent plus d'attention. Les avantages mutuels dynamiques devraient être utilisés pour assurer et sauvegarder les bases justes de la politique « un pays, deux systèmes ». Le haut degré d'autonomie à la fois pour Hong Kong et Macao n'est ni un droit inné, ni accordé par les colons. C'est une décision politique de la haute législature chinoise dans l'intérêt général de la modernisation du pays, ainsi que dans l’intérêt de sa réforme et de son ouverture. Selon la chaîne logique complète du principe « un pays, deux systèmes », en maintenant la prospérité et la stabilité de Hong Kong et de Macao, le gouvernement central a l'objectif de soutenir le développement futur du pays. En ce sens, Hong Kong devrait non seulement profiter du haut degré d'autonomie et des droits divers accordés par la Loi fondamentale, mais aussi assumer la responsabilité et promouvoir l'éthique politique de la sauvegarde de la souveraineté nationale, de la sécurité et des intérêts de développement. En participant activement à l'intégration régionale et à la construction des Nouvelles Routes de la soie, Hong Kong peut devenir un exemple de pratique précise et complète de la politique « un pays, deux systèmes » et réfléchir à la « rééducation des citoyens » à Hong Kong et Macao.

Au cours des deux dernières décennies, dans le cadre du principe « un pays, deux systèmes », le gouvernement central et la société de Hong Kong sont restés consacrés à la prospérité et à la stabilité, à l'interaction économique entre la partie continentale et Hong Kong, et aux progrès sur la primauté du droit, ainsi qu’à la transformation sociale dans le cadre de la Loi fondamentale. Bien que de nombreuses réalisations aient été réalisées, des défis dans différents domaines doivent être abordés. À l'heure actuelle, la gouvernance de Hong Kong est entrée dans une nouvelle phase, qui requiert d'urgence que le gouvernement central chinois et Hong Kong réalisent une rétrospection, une synthèse et une introspection objectives sur les vingt dernières années. C’est ainsi qu’un avenir brillant pourra être assuré à Hong Kong.