Aktuelle Position : Zuhause >> Exclusif >> Text

Fils éternel du plateau de lœss-- Les sept années de jeune instruit à la campagne de Xi Jinping

2017-11-16          

  • 20140928_11391.jpg

  • 20160512_06922.jpg

  • 236363815_8.jpg

  • VCG11492059013.jpg

  • VCG111122725379.jpg

< >

En décembre 1968, Mao Zedong, le dirigeant central de première génération de la Nouvelle Chine, déclarait : « Il est absolument nécessaire que les jeunes instruits se rendent dans les campagnes pour être rééduqués par les paysans pauvres ». À cet appel, des millions de jeunes instruits sont partis travailler dans les campagnes et les régions montagneuses. Xi Jinping, qui est aujourd’hui secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), président de la Commission militaire centrale et président de la République populaire de Chine, était l'un de ces jeunes instruits.

En janvier 1969, alors qu'il n'avait pas encore seize ans, Xi Jinping s'est porté volontaire pour travailler dans le petit village de Liangjiahe, dans le comté de Yanchuan de la province du Shaanxi, dans le nord-ouest du pays. Il dormait sur un lit de terre dans une grotte et mangeait du pain de maïs cuit à la vapeur aux côtés des locaux. C'est là qu'il a été admis au PCC et est devenu le chef du Parti du village. Il a passé sept ans à travailler au village, jusqu'en 1975, date à laquelle il a été admis à l'Université Tsinghua.

Xi Jinping a dit un jour que sa croissance et ses progrès avaient commencé par ces sept années dans le nord du Shaanxi, et que l'une des plus grandes leçons qu'il avait apprises était de chercher la vérité à partir des faits et de servir le peuple, une philosophie qu’il garde aujourd’hui encore.

 

Quatre obstacles à surmonter

Au départ de Beijing, Xi Jinping et quatorze autres jeunes instruits se sont dirigés vers Liangjiahe. Après une journée et une nuit de train, ils sont montés dans un camion puis ont marché dix kilomètres le long d'un chemin de montagne avant d’atteindre le village.

Malgré son nom de Liangjiahe (qui signifie « rivière Liangjia »), le village n'avait pas de rivière, mais un fossé dans lequel un peu d'eau sale s’accumulait à la saison des pluies. Les 200 villageois et plus habitaient dans des grottes de terre construites sur les pentes escarpées d’un ravin. Les lits de terre et les poêles en brique utilisés par les locaux étaient étranges pour les jeunes instruits ayant grandi dans les villes.

Un espace troglodytique inutilisé a été assigné à Xi Jinping. Il a appris à coudre des vêtements et des couvertures et est devenu un expert agricole. Peu à peu, il s'est intégré à la terre de ses ancêtres. Dans un article, il dit avoir dû surmonter quatre obstacles durant son séjour à la campagne.

En premier lieu, les puces. L’été, les puces s’infiltraient partout à Liangjiahe. Au début, la gêne était telle qu’il n’arrivait pas à dormir. Au bout de deux ans, il s’était habitué au point de dormir sans problème même avec les pires infestations.

Deuxièmement, la nourriture. Ceux qui vivent dans les grandes villes mangent du riz blanc et de la farine de blé, mais seuls les aliments de base étaient disponibles dans le village. Il s'est vite habitué aux aliments locaux. Même aujourd'hui, il reste amateur de plats ruraux du nord du Shaanxi, en particulier de chou mariné.

Troisièmement, le travail agricole. Au début, son gongfen (l’unité utilisée pour mesurer la performance qui déterminait le salaire des ouvriers en Chine rurale à l’époque) encore moins qu'une agricultrice. Deux ans plus tard, il pouvait gagner dix gongfen par jour (le niveau le plus élevé qu'un individu puisse atteindre) et était devenu un expert en agriculture.

Enfin et surtout, le développement idéologique. Xi Jinping a appris à rechercher la vérité à partir des faits et à surmonter les difficultés par un travail acharné en vivant avec les agriculteurs. Les locaux l'ont vite réalisé et l'ont traité comme l'un des leurs.

 

Servir le peuple

Xi Jinping a rejoint le PCC en janvier 1974. Liang Yuming, fermier et membre du Parti du village de Liangjiahe, lui a fourni une recommandation. Liang se souvient avoir fait cette recommandation « parce que Xi excellait avec un esprit de terrain en tant qu'homme d'idées qui réunissait les gens et les cadres du village ».

Peu de temps après avoir été admis au PCC, il a été élu secrétaire de la branche du Parti du village de Liangjiahe. Les terres de lœss infertiles du nord du Shaanxi sont caractérisées par des ravins entrecroisés, un climat sec et une végétation clairsemée. Xi Jinping a conduit les villageois à exécuter deux tâches qui ont radicalement transformé le milieu de vie difficile qui était la règle à Liangjiahe depuis des générations.

La première mission consistait à creuser des puits et à construire quatre barrages pour stocker l'eau destinée à la consommation et à l'irrigation. Un villageois se souvient encore d'avoir vu Xi vêtu d’un « vieux blouson de coton bleu avec un fusible à l'intérieur de sa ceinture ». C'était au début du printemps, quand la glace et la neige commencent à fondre. On voyait souvent Xi travailler sur les chantiers de construction des barrages avec le pantalon roulé sur les chevilles, debout dans l'eau froide les pieds nus. « Ses mains étaient couvertes d’ampoules à cause de ce labeur acharné, mais il ne s'est jamais plaint », ajoute le villageois.

La deuxième mission consistait à construire des réservoirs de méthane pour aider le village à résoudre les problèmes liés au carburant et à l'éclairage. En août 1974, après un voyage d'étude au Sichuan, M. Xi a conduit les villageois à construire le premier réservoir de méthane de la province du Shaanxi à Liangjiahe, un réservoir d'une capacité de huit mètres cubes.

Aujourd'hui, une stèle en pierre marque le site du « premier réservoir de méthane de la province du Shaanxi » à l'entrée du village de Liangjiahe. Ses inscriptions se lisent comme suit : « Au début des années 1970, pour répondre à l'appel de l'État de développer le méthane dans les zones rurales, les villageois ont bâti 60 méthaniers sous la direction de Xi Jinping, alors secrétaire du Parti du village. Ce réservoir de méthane en fait partie. »

Les puits creusés par Xi à Liangjiahe fournissent encore de l'eau potable aux villageois locaux, et l'un des quatre barrages qu'il a construits reste en usage.


Fils éternel du plateau de lœss

De nombreux villageois se souviennent du jour où Xi Jinping a quitté Liangjiahe, le 7 octobre 1975.

En 1972, les jeunes instruits du village ont commencé à retourner dans les villes d'où ils venaient. Xi a été l'un des derniers à partir. Il a quitté le village parce qu'il avait été admis à l'Université Tsinghua, l'une des universités les plus prestigieuses de Chine.

À l'époque, la recommandation pour une université devait être discutée lors d'une réunion de villageois. Pour Xi Jinping, chaque villageois a donné un vote affirmatif.

Quand il est arrivé à Liangjiahe, il traînait un lourd sac rempli de livres. Les villageois se souviennent de lui non seulement comme quelqu’un de travailleur et sage, mais aussi comme un jeune homme dévoué à l’apprentissage et l’étude. Il lisait souvent des livres « aussi épais que des briques » tard dans la nuit dans la faible lumière d'une lampe à pétrole. En se levant le lendemain matin, « il crachait noir » après avoir respiré tant de fumée.

Il a lu un large éventail de livres, des classiques marxistes, des livres d'histoire et des œuvres politiques internationales aux chefs-d'œuvre littéraires. Il cultivait un esprit studieux et de bonnes habitudes de lecture, ainsi que de fortes capacités de raisonnement logique, qui ont continué à lui être bénéfiques tout au long de sa vie.

Il est revenu dans un article sur sa perplexité en arrivant sur la « terre jaune » à l'âge de quinze ans, mais au moment de son départ à vingt-deux ans, il était confiant et embrassait étroitement l'objectif de servir le peuple.

 

<

>

Fils éternel du plateau de lœss-- Les sept années de jeune instruit à la campagne de Xi Jinping

2017-11-16      

  • 20140928_11391.jpg

  • 20160512_06922.jpg

  • 236363815_8.jpg

  • VCG11492059013.jpg

  • VCG111122725379.jpg

En décembre 1968, Mao Zedong, le dirigeant central de première génération de la Nouvelle Chine, déclarait : « Il est absolument nécessaire que les jeunes instruits se rendent dans les campagnes pour être rééduqués par les paysans pauvres ». À cet appel, des millions de jeunes instruits sont partis travailler dans les campagnes et les régions montagneuses. Xi Jinping, qui est aujourd’hui secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), président de la Commission militaire centrale et président de la République populaire de Chine, était l'un de ces jeunes instruits.

En janvier 1969, alors qu'il n'avait pas encore seize ans, Xi Jinping s'est porté volontaire pour travailler dans le petit village de Liangjiahe, dans le comté de Yanchuan de la province du Shaanxi, dans le nord-ouest du pays. Il dormait sur un lit de terre dans une grotte et mangeait du pain de maïs cuit à la vapeur aux côtés des locaux. C'est là qu'il a été admis au PCC et est devenu le chef du Parti du village. Il a passé sept ans à travailler au village, jusqu'en 1975, date à laquelle il a été admis à l'Université Tsinghua.

Xi Jinping a dit un jour que sa croissance et ses progrès avaient commencé par ces sept années dans le nord du Shaanxi, et que l'une des plus grandes leçons qu'il avait apprises était de chercher la vérité à partir des faits et de servir le peuple, une philosophie qu’il garde aujourd’hui encore.

 

Quatre obstacles à surmonter

Au départ de Beijing, Xi Jinping et quatorze autres jeunes instruits se sont dirigés vers Liangjiahe. Après une journée et une nuit de train, ils sont montés dans un camion puis ont marché dix kilomètres le long d'un chemin de montagne avant d’atteindre le village.

Malgré son nom de Liangjiahe (qui signifie « rivière Liangjia »), le village n'avait pas de rivière, mais un fossé dans lequel un peu d'eau sale s’accumulait à la saison des pluies. Les 200 villageois et plus habitaient dans des grottes de terre construites sur les pentes escarpées d’un ravin. Les lits de terre et les poêles en brique utilisés par les locaux étaient étranges pour les jeunes instruits ayant grandi dans les villes.

Un espace troglodytique inutilisé a été assigné à Xi Jinping. Il a appris à coudre des vêtements et des couvertures et est devenu un expert agricole. Peu à peu, il s'est intégré à la terre de ses ancêtres. Dans un article, il dit avoir dû surmonter quatre obstacles durant son séjour à la campagne.

En premier lieu, les puces. L’été, les puces s’infiltraient partout à Liangjiahe. Au début, la gêne était telle qu’il n’arrivait pas à dormir. Au bout de deux ans, il s’était habitué au point de dormir sans problème même avec les pires infestations.

Deuxièmement, la nourriture. Ceux qui vivent dans les grandes villes mangent du riz blanc et de la farine de blé, mais seuls les aliments de base étaient disponibles dans le village. Il s'est vite habitué aux aliments locaux. Même aujourd'hui, il reste amateur de plats ruraux du nord du Shaanxi, en particulier de chou mariné.

Troisièmement, le travail agricole. Au début, son gongfen (l’unité utilisée pour mesurer la performance qui déterminait le salaire des ouvriers en Chine rurale à l’époque) encore moins qu'une agricultrice. Deux ans plus tard, il pouvait gagner dix gongfen par jour (le niveau le plus élevé qu'un individu puisse atteindre) et était devenu un expert en agriculture.

Enfin et surtout, le développement idéologique. Xi Jinping a appris à rechercher la vérité à partir des faits et à surmonter les difficultés par un travail acharné en vivant avec les agriculteurs. Les locaux l'ont vite réalisé et l'ont traité comme l'un des leurs.

 

Servir le peuple

Xi Jinping a rejoint le PCC en janvier 1974. Liang Yuming, fermier et membre du Parti du village de Liangjiahe, lui a fourni une recommandation. Liang se souvient avoir fait cette recommandation « parce que Xi excellait avec un esprit de terrain en tant qu'homme d'idées qui réunissait les gens et les cadres du village ».

Peu de temps après avoir été admis au PCC, il a été élu secrétaire de la branche du Parti du village de Liangjiahe. Les terres de lœss infertiles du nord du Shaanxi sont caractérisées par des ravins entrecroisés, un climat sec et une végétation clairsemée. Xi Jinping a conduit les villageois à exécuter deux tâches qui ont radicalement transformé le milieu de vie difficile qui était la règle à Liangjiahe depuis des générations.

La première mission consistait à creuser des puits et à construire quatre barrages pour stocker l'eau destinée à la consommation et à l'irrigation. Un villageois se souvient encore d'avoir vu Xi vêtu d’un « vieux blouson de coton bleu avec un fusible à l'intérieur de sa ceinture ». C'était au début du printemps, quand la glace et la neige commencent à fondre. On voyait souvent Xi travailler sur les chantiers de construction des barrages avec le pantalon roulé sur les chevilles, debout dans l'eau froide les pieds nus. « Ses mains étaient couvertes d’ampoules à cause de ce labeur acharné, mais il ne s'est jamais plaint », ajoute le villageois.

La deuxième mission consistait à construire des réservoirs de méthane pour aider le village à résoudre les problèmes liés au carburant et à l'éclairage. En août 1974, après un voyage d'étude au Sichuan, M. Xi a conduit les villageois à construire le premier réservoir de méthane de la province du Shaanxi à Liangjiahe, un réservoir d'une capacité de huit mètres cubes.

Aujourd'hui, une stèle en pierre marque le site du « premier réservoir de méthane de la province du Shaanxi » à l'entrée du village de Liangjiahe. Ses inscriptions se lisent comme suit : « Au début des années 1970, pour répondre à l'appel de l'État de développer le méthane dans les zones rurales, les villageois ont bâti 60 méthaniers sous la direction de Xi Jinping, alors secrétaire du Parti du village. Ce réservoir de méthane en fait partie. »

Les puits creusés par Xi à Liangjiahe fournissent encore de l'eau potable aux villageois locaux, et l'un des quatre barrages qu'il a construits reste en usage.


Fils éternel du plateau de lœss

De nombreux villageois se souviennent du jour où Xi Jinping a quitté Liangjiahe, le 7 octobre 1975.

En 1972, les jeunes instruits du village ont commencé à retourner dans les villes d'où ils venaient. Xi a été l'un des derniers à partir. Il a quitté le village parce qu'il avait été admis à l'Université Tsinghua, l'une des universités les plus prestigieuses de Chine.

À l'époque, la recommandation pour une université devait être discutée lors d'une réunion de villageois. Pour Xi Jinping, chaque villageois a donné un vote affirmatif.

Quand il est arrivé à Liangjiahe, il traînait un lourd sac rempli de livres. Les villageois se souviennent de lui non seulement comme quelqu’un de travailleur et sage, mais aussi comme un jeune homme dévoué à l’apprentissage et l’étude. Il lisait souvent des livres « aussi épais que des briques » tard dans la nuit dans la faible lumière d'une lampe à pétrole. En se levant le lendemain matin, « il crachait noir » après avoir respiré tant de fumée.

Il a lu un large éventail de livres, des classiques marxistes, des livres d'histoire et des œuvres politiques internationales aux chefs-d'œuvre littéraires. Il cultivait un esprit studieux et de bonnes habitudes de lecture, ainsi que de fortes capacités de raisonnement logique, qui ont continué à lui être bénéfiques tout au long de sa vie.

Il est revenu dans un article sur sa perplexité en arrivant sur la « terre jaune » à l'âge de quinze ans, mais au moment de son départ à vingt-deux ans, il était confiant et embrassait étroitement l'objectif de servir le peuple.