Aktuelle Position : Zuhause >> Exclusif >> Text

La Chine arrive au centre de la scène internationale

2017-12-14      Texte de Chen Xulong    

  • 263587466_8.jpg

  • 260070674_8.jpg

  • 274161659_8.jpg

  • VCG11455948744.jpg

  • 256980633_8.jpg

  • 273174851_8.jpg

  • 240580568_8.jpg

< >

Depuis le 18e Congrès national du Parti communiste chinois (PCC), la Chine adopte une attitude plus active pour promouvoir les concepts et pratiques diplomatiques aux caractéristiques chinoises. Durant les interactions internationales, la Chine défend l'équité et la justice, fournit des biens publics de qualité, assume ses responsabilités et fournit de grandes contributions.

Pour répondre aux principaux défis et problèmes posés à la gouvernance mondiale, le président chinois Xi Jinping a avancé de nouveaux concepts, notamment sur la gouvernance mondiale, la sécurité, le développement, les valeurs morales et les profits, ainsi que sur la mondialisation, dans l’objectif de bâtir un système de gouvernance plus rationnel, équilibré, équitable et au bénéfice de tous. La Chine défend les concepts d'avantages mutuels et de coopération gagnant-gagnant, et promeut l'objectif à long terme de créer une communauté de destin de l'humanité par des actions concrètes.

 

L’initiative des nouvelles Routes de la soie et les responsabilités accrues de la Chine

La diplomatie des grandes puissances aux caractéristiques chinoises encourage une plus grande connectivité dans le monde. Au XXIe siècle, la connectivité en Asie et dans le reste du monde est multidimensionnelle et se déploie à plusieurs échelons, avec une connexion des infrastructures de transport, une coordination des réglementations, des politiques et des normes, et des échanges interpersonnels visant à promouvoir l'amitié, la confiance mutuelle et la communication culturelle. La connectivité proposée par la Chine encourage la coordination des politiques et des installations, le libre-échange, l'intégration financière et les liens interpersonnels.

Quatre ans après son lancement, l'initiative chinoise des nouvelles Routes de la soie a donné lieu à une mise en œuvre concrète aux résultats fructueux. Elle est devenue une plate-forme ouverte et inclusive de coopération internationale et un bien public accueilli par la communauté mondiale. Plus de 100 pays et organisations internationales soutiennent et participent activement à la construction des nouvelles Routes de la soie. L'initiative a été incorporée dans des résolutions importantes adoptées par l'Assemblée générale, le Conseil de sécurité et le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies. On l’a saluée pour ses premiers projets, dont certains d’importance historique montrent déjà leurs résultats. La Chine a aligné sa stratégie de développement sur celle de nombreux autres pays et la connectivité des infrastructures a été remarquablement améliorée. En mai 2017, le pays a organisé avec succès le Forum « Une ceinture, une route » pour la coopération internationale sur les nouvelles Routes de la soie, qui a donné un élan à des activités conjointes dans le cadre de l'initiative.

L'inspiration de cette initiative a été le désir de réaliser le développement commun et la prospérité des pays situés le long des Routes de la soie. Fondée sur l'engagement de créer une communauté de destin de l’humanité, l'initiative met l'accent sur des pratiques égales et mutuellement bénéfiques, mises en œuvre après des consultations approfondies, une contribution conjointe et des bénéfices partagés. L'initiative a généré une nouvelle vitalité et un nouveau dynamisme en Eurasie.

 

Un grand rôle dans la sauvegarde de la paix mondiale

La Chine fait de nombreuses grandes contributions à la paix mondiale. Elle reste fermement déterminée à défendre la paix, à faire la paix et à maintenir la paix dans les affaires internationales. Elle a apporté sa vision et sa sagesse sur les grands sujets internationaux, notamment sur l'Afghanistan, la question syrienne, le problème nucléaire iranien, la dénucléarisation de la péninsule coréenne, le conflit israélo-palestinien et le conflit au Soudan du Sud.

Au cours de l'épidémie de virus Ebola de 2014 qui est devenue une urgence internationale de santé publique, la Chine a rapidement offert son aide à l'Afrique. Elle a non seulement envoyé des secours et des fonds aux pays touchés par le virus, mais elle a aussi envoyé plus d’un millier de professionnels des soins et spécialistes des maladies infectieuses sur les lignes de front et établi des centres de traitement dans les zones touchées. Ces efforts lui ont gagné une grande reconnaissance internationale.

La Chine reste déterminée à résoudre pacifiquement les différends concernant sa souveraineté, son intégrité territoriale et ses droits et intérêts maritimes avec ses voisins par le dialogue et la consultation. Tout en défendant fermement sa souveraineté et ses droits et intérêts légitimes, elle a préconisé une approche à « double voie » pour traiter le problème de la mer de Chine méridionale. En vertu de cette approche, les différends doivent être résolus pacifiquement par des négociations amicales entre les pays directement concernés, et la paix et la stabilité en mer de Chine méridionale doivent être conjointement maintenues par la Chine et les pays de l'ASEAN. Cette approche est comprise et soutenue par la plupart des pays de la région.

Parmi les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, la Chine est le pays qui envoie le plus de forces de maintien de la paix. Plus de 20 000 militaires, policiers et fonctionnaires chinois ont déjà servi dans des missions de maintien de la paix de l'ONU. Le président chinois Xi Jinping a proposé la création d'un Fonds Chine-ONU pour la paix et le développement d'un milliard de dollars pour soutenir la coopération multilatérale et contribuer à la paix dans le monde. En outre, le pays adhère au mécanisme de maintien de la paix de l'ONU et a mobilisé une unité de police et une force de réserve de 8 000 hommes pour le maintien de la paix.

 

De grandes contributions au développement mondial

La Chine participe activement au programme de développement mondial et y a fourni de nombreuses contributions importantes. En 2015, lors des réunions marquant le 70e anniversaire de l'ONU, le président Xi Jinping a annoncé une série de mesures pour une mise en œuvre efficace du Programme de développement pour l'après-2015. Ces efforts comprennent la création d'un Fonds d'assistance à la coopération Sud-Sud, l'intensification des investissements dans les pays les moins avancés, la création de centres internationaux de développement et l'exonération des dettes impayées dues avant la fin de l’année 2015 sur des prêts intergouvernementaux sans intérêt pour les pays les moins avancés, les pays enclavés et pour les petits pays insulaires en développement. Lors de la table ronde de haut niveau sur la coopération Sud-Sud organisée par la Chine et l'ONU en 2015, le président Xi Jinping a annoncé que la Chine apporterait son soutien aux pays en développement dans les domaines suivants : réduction de la pauvreté, coopération agricole, commerce, protection écologique, changement climatique, infrastructures médicales, éducation et formation.

La Chine joue un rôle de premier plan dans la coopération mondiale en matière de changement climatique. Après l'annonce historique sur les changements climatiques faite conjointement avec les Etats-Unis en 2014, elle a présenté ses contributions prévues déterminées au niveau national au Secrétariat de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Elle a également annoncé la création d'un Fonds de coopération climatique Sud-Sud de 20 milliards de yuans. Lors de la conférence de Paris sur le climat de 2015, le président Xi Jinping a présenté la position de la Chine sur le changement climatique et la gouvernance climatique mondiale. Avec d'autres dirigeants, il a apporté une contribution importante à la formulation d'un accord global, équilibré, ambitieux et contraignant sur le changement climatique pour l’après-2020. En 2016, le président a mandaté son envoyé spécial à la cérémonie de signature de l'Accord de Paris. La Chine a joué un rôle pionnier sur le climat, de Beijing à Paris, puis au siège de l'ONU à New York.

 

L’auteur dirige le département des études internationales et stratégiques de l’Institut chinois d’études internationales. 

<

>

La Chine arrive au centre de la scène internationale

2017-12-14      Texte de Chen Xulong

  • 263587466_8.jpg

  • 260070674_8.jpg

  • 274161659_8.jpg

  • VCG11455948744.jpg

  • 256980633_8.jpg

  • 273174851_8.jpg

  • 240580568_8.jpg

Depuis le 18e Congrès national du Parti communiste chinois (PCC), la Chine adopte une attitude plus active pour promouvoir les concepts et pratiques diplomatiques aux caractéristiques chinoises. Durant les interactions internationales, la Chine défend l'équité et la justice, fournit des biens publics de qualité, assume ses responsabilités et fournit de grandes contributions.

Pour répondre aux principaux défis et problèmes posés à la gouvernance mondiale, le président chinois Xi Jinping a avancé de nouveaux concepts, notamment sur la gouvernance mondiale, la sécurité, le développement, les valeurs morales et les profits, ainsi que sur la mondialisation, dans l’objectif de bâtir un système de gouvernance plus rationnel, équilibré, équitable et au bénéfice de tous. La Chine défend les concepts d'avantages mutuels et de coopération gagnant-gagnant, et promeut l'objectif à long terme de créer une communauté de destin de l'humanité par des actions concrètes.

 

L’initiative des nouvelles Routes de la soie et les responsabilités accrues de la Chine

La diplomatie des grandes puissances aux caractéristiques chinoises encourage une plus grande connectivité dans le monde. Au XXIe siècle, la connectivité en Asie et dans le reste du monde est multidimensionnelle et se déploie à plusieurs échelons, avec une connexion des infrastructures de transport, une coordination des réglementations, des politiques et des normes, et des échanges interpersonnels visant à promouvoir l'amitié, la confiance mutuelle et la communication culturelle. La connectivité proposée par la Chine encourage la coordination des politiques et des installations, le libre-échange, l'intégration financière et les liens interpersonnels.

Quatre ans après son lancement, l'initiative chinoise des nouvelles Routes de la soie a donné lieu à une mise en œuvre concrète aux résultats fructueux. Elle est devenue une plate-forme ouverte et inclusive de coopération internationale et un bien public accueilli par la communauté mondiale. Plus de 100 pays et organisations internationales soutiennent et participent activement à la construction des nouvelles Routes de la soie. L'initiative a été incorporée dans des résolutions importantes adoptées par l'Assemblée générale, le Conseil de sécurité et le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies. On l’a saluée pour ses premiers projets, dont certains d’importance historique montrent déjà leurs résultats. La Chine a aligné sa stratégie de développement sur celle de nombreux autres pays et la connectivité des infrastructures a été remarquablement améliorée. En mai 2017, le pays a organisé avec succès le Forum « Une ceinture, une route » pour la coopération internationale sur les nouvelles Routes de la soie, qui a donné un élan à des activités conjointes dans le cadre de l'initiative.

L'inspiration de cette initiative a été le désir de réaliser le développement commun et la prospérité des pays situés le long des Routes de la soie. Fondée sur l'engagement de créer une communauté de destin de l’humanité, l'initiative met l'accent sur des pratiques égales et mutuellement bénéfiques, mises en œuvre après des consultations approfondies, une contribution conjointe et des bénéfices partagés. L'initiative a généré une nouvelle vitalité et un nouveau dynamisme en Eurasie.

 

Un grand rôle dans la sauvegarde de la paix mondiale

La Chine fait de nombreuses grandes contributions à la paix mondiale. Elle reste fermement déterminée à défendre la paix, à faire la paix et à maintenir la paix dans les affaires internationales. Elle a apporté sa vision et sa sagesse sur les grands sujets internationaux, notamment sur l'Afghanistan, la question syrienne, le problème nucléaire iranien, la dénucléarisation de la péninsule coréenne, le conflit israélo-palestinien et le conflit au Soudan du Sud.

Au cours de l'épidémie de virus Ebola de 2014 qui est devenue une urgence internationale de santé publique, la Chine a rapidement offert son aide à l'Afrique. Elle a non seulement envoyé des secours et des fonds aux pays touchés par le virus, mais elle a aussi envoyé plus d’un millier de professionnels des soins et spécialistes des maladies infectieuses sur les lignes de front et établi des centres de traitement dans les zones touchées. Ces efforts lui ont gagné une grande reconnaissance internationale.

La Chine reste déterminée à résoudre pacifiquement les différends concernant sa souveraineté, son intégrité territoriale et ses droits et intérêts maritimes avec ses voisins par le dialogue et la consultation. Tout en défendant fermement sa souveraineté et ses droits et intérêts légitimes, elle a préconisé une approche à « double voie » pour traiter le problème de la mer de Chine méridionale. En vertu de cette approche, les différends doivent être résolus pacifiquement par des négociations amicales entre les pays directement concernés, et la paix et la stabilité en mer de Chine méridionale doivent être conjointement maintenues par la Chine et les pays de l'ASEAN. Cette approche est comprise et soutenue par la plupart des pays de la région.

Parmi les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, la Chine est le pays qui envoie le plus de forces de maintien de la paix. Plus de 20 000 militaires, policiers et fonctionnaires chinois ont déjà servi dans des missions de maintien de la paix de l'ONU. Le président chinois Xi Jinping a proposé la création d'un Fonds Chine-ONU pour la paix et le développement d'un milliard de dollars pour soutenir la coopération multilatérale et contribuer à la paix dans le monde. En outre, le pays adhère au mécanisme de maintien de la paix de l'ONU et a mobilisé une unité de police et une force de réserve de 8 000 hommes pour le maintien de la paix.

 

De grandes contributions au développement mondial

La Chine participe activement au programme de développement mondial et y a fourni de nombreuses contributions importantes. En 2015, lors des réunions marquant le 70e anniversaire de l'ONU, le président Xi Jinping a annoncé une série de mesures pour une mise en œuvre efficace du Programme de développement pour l'après-2015. Ces efforts comprennent la création d'un Fonds d'assistance à la coopération Sud-Sud, l'intensification des investissements dans les pays les moins avancés, la création de centres internationaux de développement et l'exonération des dettes impayées dues avant la fin de l’année 2015 sur des prêts intergouvernementaux sans intérêt pour les pays les moins avancés, les pays enclavés et pour les petits pays insulaires en développement. Lors de la table ronde de haut niveau sur la coopération Sud-Sud organisée par la Chine et l'ONU en 2015, le président Xi Jinping a annoncé que la Chine apporterait son soutien aux pays en développement dans les domaines suivants : réduction de la pauvreté, coopération agricole, commerce, protection écologique, changement climatique, infrastructures médicales, éducation et formation.

La Chine joue un rôle de premier plan dans la coopération mondiale en matière de changement climatique. Après l'annonce historique sur les changements climatiques faite conjointement avec les Etats-Unis en 2014, elle a présenté ses contributions prévues déterminées au niveau national au Secrétariat de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Elle a également annoncé la création d'un Fonds de coopération climatique Sud-Sud de 20 milliards de yuans. Lors de la conférence de Paris sur le climat de 2015, le président Xi Jinping a présenté la position de la Chine sur le changement climatique et la gouvernance climatique mondiale. Avec d'autres dirigeants, il a apporté une contribution importante à la formulation d'un accord global, équilibré, ambitieux et contraignant sur le changement climatique pour l’après-2020. En 2016, le président a mandaté son envoyé spécial à la cérémonie de signature de l'Accord de Paris. La Chine a joué un rôle pionnier sur le climat, de Beijing à Paris, puis au siège de l'ONU à New York.

 

L’auteur dirige le département des études internationales et stratégiques de l’Institut chinois d’études internationales.