Position actuelle  : ACCUEIL >> Portrait >> texte

Zhou Dongyu, jeune révélation

2017-03-14      

 

 

 

 

Texte de Ru Yuan

Le 26 novembre 2016, l'actrice chinoise Zhou Dongyu a remporté à l’âge de 24 ans le 53e prix du Cheval d’or de la meilleure actrice pour son rôle rebelle et erratique dans Soul Mate. Elle a partagé le prix avec sa partenaire Ma Sichun, qui incarne l’autre rôle principal. Pour la première fois dans l'histoire de ce festival de Taiwan, qui est l'équivalent des Oscars pour le cinéma en mandarin, la récompense a été accordée à deux actrices.

Soul Mate est un film sentimental sur deux meilleures amies à leur arrivée à l'âge adulte. Les changements apportés par la maturité mettent au défi l'amitié entre les deux jeunes femmes et leurs chemins s’éloignent. Beaucoup de critiques ont déclaré que la jeune Zhou Dongyu avait eu de la chance de remporter le prix pour sa première nomination, mais que son incarnation de l'impulsive et contradictoire Ansheng a conquis le public avec ses humeurs changeantes.

 

 Un début prometteur

Zhou Dongyu est née dans une famille ordinaire à Shijiazhuang, dans la province du Hebei, au début de l’année 1992. Avant ses 18 ans, elle a connu une vie semblable à tant d’autres jeunes Chinois, rythmée par le chemin entre le domicile et l’école. En 2010, Zhang Yimou, sans doute le réalisateur chinois contemporain le plus connu dans le monde, l’a choisie parmi plus de 8 000 actrices pour jouer dans Sous l’aubépine. Zhou était une lycéenne sans aucune expérience d'actrice, mais le cinéaste vétéran a vu en elle un grand potentiel.

Son interprétation sentimentale et vivante de l'héroïne a été saluée par les critiques et les spectateurs, et Zhou Dongyu est vite devenue une célébrité locale en remportant le prix de la meilleure actrice au 56e festival international du film de Valladolid en Espagne, aux 14es prix Huabiao de Chine, et le prix du meilleur jeune talent à la 20e remise de prix de l’Association des critiques de film de Shanghai pour son rôle dans Sous l’aubépine.

Sa bonne fortune ne s’est pas arrêtée là. En 2011, elle a été admise à l'Académie du film de Beijing (BFA), l'école de cinéma la plus réputée du pays. L’établissement a formé de nombreux acteurs et cinéastes qui forment désormais l'épine dorsale de l'industrie cinématographique du pays. Le processus d'admission est l'un des plus difficiles et le taux d'admission est l'un des plus bas du pays. « Zhou Dongyu était candidate pour étudier le jeu d’acteur en sujet principal, mais l’examen d’entrée comprend des auditions et des dissertations académiques », explique le président de l’établissement, Zhang Huijun. « Ses résultats écrits n'étaient pas aussi bons que sa note d’audition, mais nous l'avons admise en raison de son don évident pour le jeu d’acteur. »

 

Briser les stéréotypes

Pendant un certain temps, les débuts « sans difficulté » et « chanceux » de Zhou Dongyu dans l'industrie cinématographique ont été fortement commentés. Les attentes portées sur ses épaules sont fortes parce que presque toutes les actrices découvertes par Zhang Yimou sont devenues des stars. Aujourd'hui, elle est sous l’aile de Gong Li et Zhang Ziyi, qui ont joué respectivement dans Adieu ma concubine de Chen Kaige et Tigre et dragon d’Ang Lee.

Bien que Zhou semble sur la bonne voie pour suivre les traces de ses aînées, elle est un peu différente. Au cours des trois années qui ont suivi son admission à BFA, elle a reçu un certain nombre d'offres et a incarné plusieurs rôles, mais son personnage semble toujours être le même. « Je suis toujours cette fille innocente au teint clair et aux cheveux noirs, le genre premier d'amour », a-t-elle constaté avec dépit.

Elle a ressenti le besoin de briser ce stéréotype. En 2013, elle a auditionné pour un petit rôle dans Breakup Buddies, un road-movie qui est devenu le plus grand succès au box-office chinois de 2014. Réalisé par le jeune réalisateur Ning Hao et mettant en vedette deux des plus grands comédiens chinois, Xu Zheng et Huang Bo, le film avait un beau casting. « Le réalisateur ne voulait pas de moi au début », raconte Zhou. « Mais au bout de quelques jours, il m'a appelé pour une audition. Sur le chemin, je me répétais qu’il me fallait absolument obtenir ce rôle. C'était l'occasion parfaite pour changer mon image. » Durant l’audition, on lui a demandé de jurer en dialecte local. « J'ai fait de mon mieux, mais je ne savais pas s'ils étaient satisfaits de ma performance selon leurs expressions faciales », se souvient-elle. Deux jours plus tard, on lui a annoncé qu'elle avait été choisie dans le rôle d’une coiffeuse campagnarde vulgaire, à l’opposé de son image adorable et innocente à l'envers. Cela lui a donné le rôle féminin le plus mémorable du film.

Après Breakup Buddies, elle a commencé à recevoir une plus grande variété d'offres, et elle a fini par jouer un personnage génial et colérique dans The Ark of Mr. Chow, puis un agent infiltré dans la série TV d’espionnage Sparrow. « Je dois encore me perfectionner en jouant des personnages différents », estime-t-elle. « C’est de cette manière que j’obtiendrai une compréhension plus profonde d’individus plus divers que mes cercles habituels. En tant qu'actrice, si je ne me déconstruis pas dans des rôles contrastés et des changements de mon environnement, je crains que mon art ne perde sa vitalité. »

 

Une actrice de la génération Y

Tout au long de son histoire, le cinéma de la partie continentale de la Chine n'a jamais manqué d'actrices emblématiques, dans des personnages incarnant à la fois les fantasmes et les frustrations des spectateurs. Aujourd'hui, toute l’attention est portée sur les « quatre actrices dan », un terme inventé dans les années 1920 pour désigner des acteurs masculins populaires dans des rôles féminins. Aujourd’hui, le terme est utilisé pour les jeunes actrices chinoises les plus prometteuses. Zhou Dongyu, Yang Zi, Zheng Shuang et Guan Xiaotong sont ces actrices, selon un sondage mené en 2016 auprès de plus de 170 millions d’internautes et de 110 médias professionnels et experts de l'industrie.

Bien que le rythme de croissance du box-office chinois ait ralenti en 2016 (avec un résultat impressionnant de près de 7,2 milliards de dollars), l'industrie cinématographique du pays a connu un développement rapide ces dernières années. Les goûts des spectateurs sont devenus plus variés, pour des films romantiques, des comédies, des thrillers, des œuvres de science-fiction et des films fantastiques qui trouvent tous des secteurs exigeants du marché. L'industrie cinématographique a créé des opportunités en or pour les acteurs et actrices, en particulier parmi les plus jeunes.

« Nous sommes nés à un bon moment pour cette industrie, j’ai de nombreuses opportunités en tant que membre de ma génération », observe Zhou Dongyu. « Cependant, il est encore un peu tôt pour s’étendre sur nos objectifs. Les jeunes acteurs et actrices ont besoin d'un bon script pour toucher le public. »

Elle voit désormais son métier comme dédié aux spectateurs, plutôt que comme un art auquel elle s’adonne pour son propre plaisir. En tant qu'actrice, elle n’a pas encore aussi versatile qu’elle le souhaite. Sa jeunesse est son trésor. « Je m'inquiète rarement de savoir si je trouverai un prochain rôle, et je n'ai pas vraiment le fardeau qu’ont les superstars », sourit-elle. « Je ne pense pas avoir atteint ce niveau. Ma priorité est toujours de me préparer à jouer beaucoup de rôles différents. »

Xinhua
中国专题图库