Aktuelle Position : Zuhause >> Portrait >> Text

La transformation d’un village pauvre

2017-11-16      Texte de Li Zhuoxi    

  • 0DF_3586-1.jpg

  • 微信图片_20170926095535.jpg

  • 微信图片_20170926095530.jpg

  • 微信图片_20170926095524.jpg

< >

Il fallait autrefois faire des heures de randonnée le long d'un sentier alpin sinueux dans la province du Guizhou pour atteindre le village de Yanbo, qui abrite plus de 300 ménages de l'ethnie Yi. Aujourd'hui, les visiteurs sont accueillis par des villas aux murs blancs et carreaux gris. Beaucoup de familles ont leur voiture garée devant leur maison. Adossées à la colline, derrière les bâtiments, se trouvent plusieurs entreprises villageoises, dont des distilleries et des fermes de volaille. Au sommet se trouvent des bâtiments publics équipés d’installations sportives, ainsi qu’une clinique.

Le changement accompli en seize ans est inimaginable. Le village n’avait alors ni route, ni électricité, ni eau courante. Les villageois vivaient dans des maisons miteuses construites avec de la terre ou dans des huttes. Les caisses étaient vides et le revenu annuel par habitant était inférieur à 800 yuans.

« Les choses seraient complètement différentes sans elle », soulignent certains villageois. Ils font référence à Yu Liufen, qui avait la trentaine quand elle est devenue la première secrétaire féminine du PCC du village au début de l’année 2001, quand elle a promis d’amener la prospérité à ses compatriotes.

 

Le changement

« À l'époque, le village de Yanbo était extrêmement pauvre », se souvient la secrétaire Yu. « Je me suis promis de changer les choses dès ma prise de fonction. »

Le manque d’infrastructures routières était l'obstacle majeur à la sortie de la pauvreté du village entouré de hautes montagnes dangereuses. Tout devait être transporté à cheval ou à pied. Le jour où elle a pris ses fonctions, Yu Liufen a tenu une réunion du village et a proposé de construire une route. Il n'y avait pas d'argent sur le compte du village, et personne ne pouvait financer la construction d'une route ou la terre que cela nécessitait. La proposition semblait impossible à réaliser.

Mme Yu avait ouvert une petite épicerie avant de prendre ses fonctions, et disposait de quelques économies. Elle a proposé d'utiliser 40 000 yuans de son propre argent pour acheter du matériel. Mais comment acquérir les terres nécessaires à la construction de la route ? Avec d'autres membres du Parti du village, elle a fait du porte-à-porte pour trouver les solutions. Tous les membres du PCC ont accepté de fournir des terres leur appartenant pour la route, et la construction a pu commencer.

En un hiver, une route de quatre kilomètres était née. Le son des pétards du Nouvel An l'a baptisée, avant la livraison de dix tonnes de charbon dans deux gros camions. « Tout cela a été possible grâce au travail de notre secrétaire », dit un villageois en souriant. « Nous serions restés isolés du monde extérieur pour le restant de nos jours si elle n'avait pas pris cette décision. »

 

La sortie de la pauvreté

En jetant une « bouée de sauvetage », la secrétaire a mené tout le village à s’efforcer de sortir de la pauvreté.

Les conditions naturelles de haute altitude et de climat rude ne permettent que de cultiver du maïs et des pommes de terre. Yu Liufen visait plus haut : elle a voulu planter des espèces à plus haut rendement comme des fruits et des herbes médicinales, mais cela a été impossible à cause du froid.

Après quelques revers, elle s’est tournée vers la forêt. Lorsqu’elle a appris que les terrains forestiers allaient être transférés en raison d'une mauvaise gestion, elle a discuté avec les cadres du village de la possibilité d'acheter collectivement la forêt.

« Beaucoup aimaient l'idée, mais le silence s’est fait lorsqu’il a été question de collecte de fonds », se souvient un villageois. « Mais nous ne pouvions pas abandonner ce projet si vite. » Intransigeante, la secrétaire a tout fait pour récolter 110 000 yuans, en plus du prêt de 60 000 yuans qu’elle avait contracté en son nom.

« Si cela échoue, les pertes seront pour moi », a-t-elle promis.

Les villageois l'ont peu vue après l’obtention des droits de gestion de la forêt. Ils ont découvert plus tard qu'elle avait été occupée à faire des allers-retours vers les départements forestiers pour obtenir l'approbation de l'exploitation et rechercher des clients. En l'espace d'un an, le village avait remboursé tous ses prêts et gagné des centaines de milliers de yuans grâce à la forêt.

 

Une vision ambitieuse

« Une ferme forestière est une banque verte », a affirmé Yu après leur première tentative réussie. Après ce succès, elle a orienté l’industrie villageoise vers tout ce qui était vert : serres de légumes, ranchs de bétail et fermes de volaille.

Après plusieurs années de pratique auprès de petites entreprises, les villageois et la communauté ont accumulé une certaine épargne. Yu Liufen, cependant, était frustrée par la lenteur du processus et a élaboré des plans pour une vision d'ensemble en établissant une coopérative professionnelle d'agriculteurs.

Le nouveau système comprenait une grande division collective en actions que les villageois étaient libres d'acheter à bas prix. Cela a attiré l'attention de nombreux acteurs du village. L'innovation technique a été menée dans les fermes, qui se sont transformées en fermes de haute technologie pour les poulets. Les brasseries ont formé une distillerie, permettant la production à grande échelle d'une marque de liqueur locale, Yanbo. Aujourd'hui, la grande distillerie produit annuellement 5 000 tonnes grâce à l’arrivée d'investissements extérieurs.

Tout en accélérant le rythme industriel, des efforts ont été faits pour améliorer l'environnement du village. Des rénovations ont été effectuées sur les bâtiments résidentiels, les toilettes publiques, les cours et espaces publics, avec un financement public-privé. Les routes permettent à chaque ménage d’aller sur l’autoroute. Les bâtiments délabrés et les huttes ont disparu.

 

Le rôle dirigeant du PCC

« Rien ne peut être accompli sans ces trois éléments : la construction du Parti sur le terrain, la réduction de la pauvreté et un système économique collectif », affirme Yu Liufen, sur les solutions de lutte contre la pauvreté. « Je suis fière que notre direction du village ait été unie et pragmatique, et que notre crédibilité ait été gagnée par l'équité, la justice et l'ouverture. »

« Je n'aurais rien pu faire sans le soutien de mes compatriotes et du corps dirigeant », ajoute-t-elle.

Aujourd'hui, l'organisme dirigeant accélère le développement des entités industrielles villageoises par l'innovation, ce qui a permis d’amasser des actifs collectifs de 62 millions de yuans et des fonds disponibles de 4,72 millions de yuans. Le revenu annuel par habitant est passé de moins de 800 yuans à 15 500 yuans.

« Je dois tout nos succès à notre corps dirigeant, qui a réfléchi à des idées brillantes, et à mes concitoyens, qui ont fait de gros efforts pour changer leur vie », remarque Mme Yu.

 De leur côté, les villageois attribuent le changement radical du village à leur secrétaire, Yu Liufen, qui a rassemblé l’organe dirigeant et plus de 900 villageois pour ouvrir une nouvelle voie vers une industrie verte et la prospérité dans une nouvelle ère.

 

<

>

La transformation d’un village pauvre

2017-11-16      Texte de Li Zhuoxi

  • 0DF_3586-1.jpg

  • 微信图片_20170926095535.jpg

  • 微信图片_20170926095530.jpg

  • 微信图片_20170926095524.jpg

Il fallait autrefois faire des heures de randonnée le long d'un sentier alpin sinueux dans la province du Guizhou pour atteindre le village de Yanbo, qui abrite plus de 300 ménages de l'ethnie Yi. Aujourd'hui, les visiteurs sont accueillis par des villas aux murs blancs et carreaux gris. Beaucoup de familles ont leur voiture garée devant leur maison. Adossées à la colline, derrière les bâtiments, se trouvent plusieurs entreprises villageoises, dont des distilleries et des fermes de volaille. Au sommet se trouvent des bâtiments publics équipés d’installations sportives, ainsi qu’une clinique.

Le changement accompli en seize ans est inimaginable. Le village n’avait alors ni route, ni électricité, ni eau courante. Les villageois vivaient dans des maisons miteuses construites avec de la terre ou dans des huttes. Les caisses étaient vides et le revenu annuel par habitant était inférieur à 800 yuans.

« Les choses seraient complètement différentes sans elle », soulignent certains villageois. Ils font référence à Yu Liufen, qui avait la trentaine quand elle est devenue la première secrétaire féminine du PCC du village au début de l’année 2001, quand elle a promis d’amener la prospérité à ses compatriotes.

 

Le changement

« À l'époque, le village de Yanbo était extrêmement pauvre », se souvient la secrétaire Yu. « Je me suis promis de changer les choses dès ma prise de fonction. »

Le manque d’infrastructures routières était l'obstacle majeur à la sortie de la pauvreté du village entouré de hautes montagnes dangereuses. Tout devait être transporté à cheval ou à pied. Le jour où elle a pris ses fonctions, Yu Liufen a tenu une réunion du village et a proposé de construire une route. Il n'y avait pas d'argent sur le compte du village, et personne ne pouvait financer la construction d'une route ou la terre que cela nécessitait. La proposition semblait impossible à réaliser.

Mme Yu avait ouvert une petite épicerie avant de prendre ses fonctions, et disposait de quelques économies. Elle a proposé d'utiliser 40 000 yuans de son propre argent pour acheter du matériel. Mais comment acquérir les terres nécessaires à la construction de la route ? Avec d'autres membres du Parti du village, elle a fait du porte-à-porte pour trouver les solutions. Tous les membres du PCC ont accepté de fournir des terres leur appartenant pour la route, et la construction a pu commencer.

En un hiver, une route de quatre kilomètres était née. Le son des pétards du Nouvel An l'a baptisée, avant la livraison de dix tonnes de charbon dans deux gros camions. « Tout cela a été possible grâce au travail de notre secrétaire », dit un villageois en souriant. « Nous serions restés isolés du monde extérieur pour le restant de nos jours si elle n'avait pas pris cette décision. »

 

La sortie de la pauvreté

En jetant une « bouée de sauvetage », la secrétaire a mené tout le village à s’efforcer de sortir de la pauvreté.

Les conditions naturelles de haute altitude et de climat rude ne permettent que de cultiver du maïs et des pommes de terre. Yu Liufen visait plus haut : elle a voulu planter des espèces à plus haut rendement comme des fruits et des herbes médicinales, mais cela a été impossible à cause du froid.

Après quelques revers, elle s’est tournée vers la forêt. Lorsqu’elle a appris que les terrains forestiers allaient être transférés en raison d'une mauvaise gestion, elle a discuté avec les cadres du village de la possibilité d'acheter collectivement la forêt.

« Beaucoup aimaient l'idée, mais le silence s’est fait lorsqu’il a été question de collecte de fonds », se souvient un villageois. « Mais nous ne pouvions pas abandonner ce projet si vite. » Intransigeante, la secrétaire a tout fait pour récolter 110 000 yuans, en plus du prêt de 60 000 yuans qu’elle avait contracté en son nom.

« Si cela échoue, les pertes seront pour moi », a-t-elle promis.

Les villageois l'ont peu vue après l’obtention des droits de gestion de la forêt. Ils ont découvert plus tard qu'elle avait été occupée à faire des allers-retours vers les départements forestiers pour obtenir l'approbation de l'exploitation et rechercher des clients. En l'espace d'un an, le village avait remboursé tous ses prêts et gagné des centaines de milliers de yuans grâce à la forêt.

 

Une vision ambitieuse

« Une ferme forestière est une banque verte », a affirmé Yu après leur première tentative réussie. Après ce succès, elle a orienté l’industrie villageoise vers tout ce qui était vert : serres de légumes, ranchs de bétail et fermes de volaille.

Après plusieurs années de pratique auprès de petites entreprises, les villageois et la communauté ont accumulé une certaine épargne. Yu Liufen, cependant, était frustrée par la lenteur du processus et a élaboré des plans pour une vision d'ensemble en établissant une coopérative professionnelle d'agriculteurs.

Le nouveau système comprenait une grande division collective en actions que les villageois étaient libres d'acheter à bas prix. Cela a attiré l'attention de nombreux acteurs du village. L'innovation technique a été menée dans les fermes, qui se sont transformées en fermes de haute technologie pour les poulets. Les brasseries ont formé une distillerie, permettant la production à grande échelle d'une marque de liqueur locale, Yanbo. Aujourd'hui, la grande distillerie produit annuellement 5 000 tonnes grâce à l’arrivée d'investissements extérieurs.

Tout en accélérant le rythme industriel, des efforts ont été faits pour améliorer l'environnement du village. Des rénovations ont été effectuées sur les bâtiments résidentiels, les toilettes publiques, les cours et espaces publics, avec un financement public-privé. Les routes permettent à chaque ménage d’aller sur l’autoroute. Les bâtiments délabrés et les huttes ont disparu.

 

Le rôle dirigeant du PCC

« Rien ne peut être accompli sans ces trois éléments : la construction du Parti sur le terrain, la réduction de la pauvreté et un système économique collectif », affirme Yu Liufen, sur les solutions de lutte contre la pauvreté. « Je suis fière que notre direction du village ait été unie et pragmatique, et que notre crédibilité ait été gagnée par l'équité, la justice et l'ouverture. »

« Je n'aurais rien pu faire sans le soutien de mes compatriotes et du corps dirigeant », ajoute-t-elle.

Aujourd'hui, l'organisme dirigeant accélère le développement des entités industrielles villageoises par l'innovation, ce qui a permis d’amasser des actifs collectifs de 62 millions de yuans et des fonds disponibles de 4,72 millions de yuans. Le revenu annuel par habitant est passé de moins de 800 yuans à 15 500 yuans.

« Je dois tout nos succès à notre corps dirigeant, qui a réfléchi à des idées brillantes, et à mes concitoyens, qui ont fait de gros efforts pour changer leur vie », remarque Mme Yu.

 De leur côté, les villageois attribuent le changement radical du village à leur secrétaire, Yu Liufen, qui a rassemblé l’organe dirigeant et plus de 900 villageois pour ouvrir une nouvelle voie vers une industrie verte et la prospérité dans une nouvelle ère.