Aktuelle Position : Zuhause >> Société >> Text

Les multiples facettes de Xiamen

2017-10-18      Texte de Zhang Xue    

  • 0DF_2348x.jpg

    L’île de Gulangyu, en face des côtes de Xiamen, dans la province du Fujian, a été inscrite sur la liste du patrimoine culturel mondial de l’UNESCO le 8 août 2017.

  • 0DF_1608_1.jpg

    Des joueurs s’essaient aux derniers jeux de réalité virtuelle de Gigabit.

  • 0DF_1627.jpg

    Des produits de Meitu, une start-up née à Xiamen. La concentration d’industries de haute technologie a fortement accéléré le développement innovant et la transformation économique et urbaine de la ville.

  • 0DF_1900.jpg

    Les pistes cyclables à sens unique permettent d’admirer le paysage en toute sécurité.

  • 0DF_2182.jpg

    Les locaux aiment profiter de l’air marin et nager.

  • 0DF_2263.jpg

    Pour en savoir plus sur l’île de Gulangyu, une visite s’impose au musée qui raconte son histoire et sa culture.

< >

Ville côtière inséparable de la mer, Xiamen, dans la province du Fujian, est située sur la pointe sud-est de la Chine, face à l'île de Taiwan à travers le détroit de Taiwan et la mer de Chine méridionale au sud. La culture emblématique de la ville est influencée non seulement par le vaste océan qui entoure la ville, mais aussi par une ouverture et une intégration inégalées.

 

À la pointe de la réforme 

Xiamen dispose d'un littoral de 234 kilomètres parsemé de ports en eau profonde et au climat doux, ce qui fait de la ville un centre important du commerce extérieur de la côte sud-est chinoise.

Dès la dynastie Song (960-1279), l’emplacement du port de Xiamen en tant que port auxiliaire de Quanzhou en a fait un lieu important de la Route de la soie maritime. Aujourd'hui, le port de Xiamen est au 15e rang mondial en termes de capacité de traitement de conteneurs, ce qui en fait l'un des quatre grands centres internationaux de logistique maritime de la Chine.

De port de pêche à métropole moderne, l'une des quatre premières zones économiques spéciales et aujourd’hui l'une des zones de libre-échange du pays, Xiamen a été un précurseur depuis la réforme et l'ouverture de la Chine, en servant de fenêtre sur le monde extérieur.

Situé dans la zone portuaire de Haicang de la zone de libre-échange, le Quai automatisé océanique de Xiamen est l'un des premiers de son genre à l'échelle mondiale. Plutôt que d'innombrables ouvriers, on y aperçoit des grues géantes et des ferries automatisés aller et venir, charger et décharger des conteneurs de manière précise et ordonnée.

Le quai de Xiamen est le premier terminal automatique dont la Chine détient les droits de propriété intellectuelle de manière indépendante. Depuis le début des opérations, aucun accident ne s’est produit.

À moins de deux kilomètres se trouve le point de départ de la ligne ferroviaire de Xiamen vers l’Europe centrale, qui relie d’autres voies de transport maritime et terrestre. Les trains se dirigent vers le nord à travers l’ancienne Mandchourie, la région autonome de Mongolie intérieure et le continent eurasien vers Moscou, et transportent des machines de chargement, des instruments de précision, des minéraux ou encore des chaussures.

En reliant la mer à la terre, Xiamen forme un carrefour de la Route maritime de la soie et a créé de nouveaux canaux logistiques pour desservir les pays situés le long de la Route de la soie terrestre.

Le 1er mars 2015, la zone de libre-échange de Xiamen est officiellement entrée en activité, marquant l'aube d'une nouvelle mission de développement pour la ville et ses résidents. Le maire adjoint Huang Qiang a déclaré que la zone de libre-échange pilote marquait un nouveau palier pour la réforme et l'innovation à Xiamen et servait de moteur à la transformation et la mise à niveau de l’industrie.

 

De nouvelles industries pour une croissance accélérée

Le parc des logiciels de Xiamen de deuxième phase se trouve à l'extrémité est de l'île de Xiamen. Construit comme un jardin, il regroupe des immeubles de bureaux d'avant-garde conçus de manière similaire à la Silicon Valley américaine.

Une poignée de grands noms technologiques comme Meitu sont nés dans le parc des logiciels. Start-up locale fondée en 2008, Meitu compte aujourd’hui plus de 500 millions d'utilisateurs dans le monde et ses produits sont présents sur plus d'un milliard d'appareils mobiles.

Avec la généralisation des smartphones et de l'internet mobile, la photographie et le partage d'images sont devenus des activités du quotidien, ce qui rend les logiciels de traitement d'images en grande demande. Le fondateur de Meitu, Wu Xinhong, a saisi cette opportunité pour lancer une version PC de son logiciel en octobre 2008.

Aujourd'hui, Meitu et Gigabit, connus sous le nom de Xiamen Internet Legion, sont des acteurs majeurs sur internet. En 2016, le parc des logiciels de Xiamen a réalisé un chiffre d'affaires opérationnel de plus de 70 milliards de yuans, soit une augmentation de plus de 20 % en un an, et abritait 2 671 entreprises industrielles et commerciales qui employaient 92 000 personnes.

Huit entreprises siégeant dans le parc des logiciels sont cotées en bourse, et 42 sont cotées au « troisième tableau » des jeunes sociétés. La troisième phase du parc des logiciels, dans la Nouvelle ville de Jimei, servira à l’adaptation au développement rapide des logiciels et des technologies de l’information.

Le groupement des industries de haute technologie a joué un rôle important dans le développement innovant et la transformation économique urbaine de Xiamen.

« Le phénix ne vient que si des érables sont plantés », déclare le maire adjoint Huang Qing en citant un vieux proverbe. « Les entreprises de haute technologie en plein essor attireront sans doute de nouveaux talents, ce qui optimisera la structure du vivier industriel de Xiamen. »

 

  

Thé et café : la vie à un rythme doux

Xiamen est fière de son climat subtropical doux et humide. Les fleurs s’y épanouissent tout au long de l’année, ce qui fait de la ville un « jardin donnant sur la mer ». Elle a été choisie parmi les dix villes les plus agréables à vivre de Chine, et a remporté le prix de l’habitat décerné par les Nations Unies, ainsi que celui des villes jardins du monde. De nombreuses récompenses peuvent être attribuées à ses impressionnantes constructions urbaines et son indice de bonheur des habitants.

La réputation de la ville attire des touristes du pays entier et du reste du monde. Ils viennent y profiter de son rythme de vie paisible.

Tôt chaque matin, les gens se rendent sur la côte pour respirer l’air frais de la mer, prendre un bain de soleil ou courir en admirant le lever du soleil.

Après le déjeuner, les visiteurs font souvent du vélo sur la rue Yunding (Sommet des nuages) pour voir le panorama du haut de la colline, ou paressent dans un café avec un livre.

Le soir venu, ils vont essayer les plats locaux dans les petits restaurants de la rue piétonne Zhongshan. La soupe de nouilles en sauce de cacahouètes est particulièrement populaire. Les bars de la rue Hubin Nord font résonner les sons de la jeunesse au heavy metal.

Les résidents adorent boire du thé, mais étrangement, les maisons de thé sont difficiles à trouver, car la boisson fait partie de tous les moments du quotidien. La plupart des gens sont équipés chez eux d’une table à thé avec un bol et plusieurs petites tasses. On trouve ces ustensiles dans tous les coins de la ville, des petits magasins aux immeubles modernes de bureaux, des vieux bâtiments de brique rouge aux immeubles d’appartements aux baies vitrées.

« Asseyez-vous et buvez une tasse de thé » est une phrase que l’on entend partout. Les locaux accueillants trouvent toujours le temps de faire découvrir aux visiteurs la culture du thé de Xiamen. Le thé le plus populaire est le Tieguanyin Oolong en provenance d’Anxi, qui est fait pour être dégusté dans de petites tasses.

On aime aussi le café à Xiamen. Il n’est pas rare de voir quelqu’un assis devant une fenêtre, tasse de café à la main, seul ou avec des amis. Discuter autour d’une boisson est l’une des activités les plus courantes de la ville.

Les statistiques montrent que Xiamen compte désormais plus de 2 000 cafés, plus au mètre carré que n’importe où ailleurs en Chine. Un grand nombre d’entre eux sont installés dans la rue Hubin Nord.

Ouverte, innovante et agréable à vivre sont les adjectifs les plus fréquemment attachés à la ville. Cette année, Xiamen a eu une nouvelle mission, celle d’accueillir le sommet des dirigeants des BRICS. Cela aura sans nul doute pour effet de la rendre plus visible sur la scène internationale et d’accélérer son intégration au développement mondial. Une nouvelle ville émerge à Xiamen.

  

<

>

Les multiples facettes de Xiamen

2017-10-18      Texte de Zhang Xue

  • 0DF_2348x.jpg

    L’île de Gulangyu, en face des côtes de Xiamen, dans la province du Fujian, a été inscrite sur la liste du patrimoine culturel mondial de l’UNESCO le 8 août 2017.

  • 0DF_1608_1.jpg

    Des joueurs s’essaient aux derniers jeux de réalité virtuelle de Gigabit.

  • 0DF_1627.jpg

    Des produits de Meitu, une start-up née à Xiamen. La concentration d’industries de haute technologie a fortement accéléré le développement innovant et la transformation économique et urbaine de la ville.

  • 0DF_1900.jpg

    Les pistes cyclables à sens unique permettent d’admirer le paysage en toute sécurité.

  • 0DF_2182.jpg

    Les locaux aiment profiter de l’air marin et nager.

  • 0DF_2263.jpg

    Pour en savoir plus sur l’île de Gulangyu, une visite s’impose au musée qui raconte son histoire et sa culture.

Ville côtière inséparable de la mer, Xiamen, dans la province du Fujian, est située sur la pointe sud-est de la Chine, face à l'île de Taiwan à travers le détroit de Taiwan et la mer de Chine méridionale au sud. La culture emblématique de la ville est influencée non seulement par le vaste océan qui entoure la ville, mais aussi par une ouverture et une intégration inégalées.

 

À la pointe de la réforme 

Xiamen dispose d'un littoral de 234 kilomètres parsemé de ports en eau profonde et au climat doux, ce qui fait de la ville un centre important du commerce extérieur de la côte sud-est chinoise.

Dès la dynastie Song (960-1279), l’emplacement du port de Xiamen en tant que port auxiliaire de Quanzhou en a fait un lieu important de la Route de la soie maritime. Aujourd'hui, le port de Xiamen est au 15e rang mondial en termes de capacité de traitement de conteneurs, ce qui en fait l'un des quatre grands centres internationaux de logistique maritime de la Chine.

De port de pêche à métropole moderne, l'une des quatre premières zones économiques spéciales et aujourd’hui l'une des zones de libre-échange du pays, Xiamen a été un précurseur depuis la réforme et l'ouverture de la Chine, en servant de fenêtre sur le monde extérieur.

Situé dans la zone portuaire de Haicang de la zone de libre-échange, le Quai automatisé océanique de Xiamen est l'un des premiers de son genre à l'échelle mondiale. Plutôt que d'innombrables ouvriers, on y aperçoit des grues géantes et des ferries automatisés aller et venir, charger et décharger des conteneurs de manière précise et ordonnée.

Le quai de Xiamen est le premier terminal automatique dont la Chine détient les droits de propriété intellectuelle de manière indépendante. Depuis le début des opérations, aucun accident ne s’est produit.

À moins de deux kilomètres se trouve le point de départ de la ligne ferroviaire de Xiamen vers l’Europe centrale, qui relie d’autres voies de transport maritime et terrestre. Les trains se dirigent vers le nord à travers l’ancienne Mandchourie, la région autonome de Mongolie intérieure et le continent eurasien vers Moscou, et transportent des machines de chargement, des instruments de précision, des minéraux ou encore des chaussures.

En reliant la mer à la terre, Xiamen forme un carrefour de la Route maritime de la soie et a créé de nouveaux canaux logistiques pour desservir les pays situés le long de la Route de la soie terrestre.

Le 1er mars 2015, la zone de libre-échange de Xiamen est officiellement entrée en activité, marquant l'aube d'une nouvelle mission de développement pour la ville et ses résidents. Le maire adjoint Huang Qiang a déclaré que la zone de libre-échange pilote marquait un nouveau palier pour la réforme et l'innovation à Xiamen et servait de moteur à la transformation et la mise à niveau de l’industrie.

 

De nouvelles industries pour une croissance accélérée

Le parc des logiciels de Xiamen de deuxième phase se trouve à l'extrémité est de l'île de Xiamen. Construit comme un jardin, il regroupe des immeubles de bureaux d'avant-garde conçus de manière similaire à la Silicon Valley américaine.

Une poignée de grands noms technologiques comme Meitu sont nés dans le parc des logiciels. Start-up locale fondée en 2008, Meitu compte aujourd’hui plus de 500 millions d'utilisateurs dans le monde et ses produits sont présents sur plus d'un milliard d'appareils mobiles.

Avec la généralisation des smartphones et de l'internet mobile, la photographie et le partage d'images sont devenus des activités du quotidien, ce qui rend les logiciels de traitement d'images en grande demande. Le fondateur de Meitu, Wu Xinhong, a saisi cette opportunité pour lancer une version PC de son logiciel en octobre 2008.

Aujourd'hui, Meitu et Gigabit, connus sous le nom de Xiamen Internet Legion, sont des acteurs majeurs sur internet. En 2016, le parc des logiciels de Xiamen a réalisé un chiffre d'affaires opérationnel de plus de 70 milliards de yuans, soit une augmentation de plus de 20 % en un an, et abritait 2 671 entreprises industrielles et commerciales qui employaient 92 000 personnes.

Huit entreprises siégeant dans le parc des logiciels sont cotées en bourse, et 42 sont cotées au « troisième tableau » des jeunes sociétés. La troisième phase du parc des logiciels, dans la Nouvelle ville de Jimei, servira à l’adaptation au développement rapide des logiciels et des technologies de l’information.

Le groupement des industries de haute technologie a joué un rôle important dans le développement innovant et la transformation économique urbaine de Xiamen.

« Le phénix ne vient que si des érables sont plantés », déclare le maire adjoint Huang Qing en citant un vieux proverbe. « Les entreprises de haute technologie en plein essor attireront sans doute de nouveaux talents, ce qui optimisera la structure du vivier industriel de Xiamen. »

 

  

Thé et café : la vie à un rythme doux

Xiamen est fière de son climat subtropical doux et humide. Les fleurs s’y épanouissent tout au long de l’année, ce qui fait de la ville un « jardin donnant sur la mer ». Elle a été choisie parmi les dix villes les plus agréables à vivre de Chine, et a remporté le prix de l’habitat décerné par les Nations Unies, ainsi que celui des villes jardins du monde. De nombreuses récompenses peuvent être attribuées à ses impressionnantes constructions urbaines et son indice de bonheur des habitants.

La réputation de la ville attire des touristes du pays entier et du reste du monde. Ils viennent y profiter de son rythme de vie paisible.

Tôt chaque matin, les gens se rendent sur la côte pour respirer l’air frais de la mer, prendre un bain de soleil ou courir en admirant le lever du soleil.

Après le déjeuner, les visiteurs font souvent du vélo sur la rue Yunding (Sommet des nuages) pour voir le panorama du haut de la colline, ou paressent dans un café avec un livre.

Le soir venu, ils vont essayer les plats locaux dans les petits restaurants de la rue piétonne Zhongshan. La soupe de nouilles en sauce de cacahouètes est particulièrement populaire. Les bars de la rue Hubin Nord font résonner les sons de la jeunesse au heavy metal.

Les résidents adorent boire du thé, mais étrangement, les maisons de thé sont difficiles à trouver, car la boisson fait partie de tous les moments du quotidien. La plupart des gens sont équipés chez eux d’une table à thé avec un bol et plusieurs petites tasses. On trouve ces ustensiles dans tous les coins de la ville, des petits magasins aux immeubles modernes de bureaux, des vieux bâtiments de brique rouge aux immeubles d’appartements aux baies vitrées.

« Asseyez-vous et buvez une tasse de thé » est une phrase que l’on entend partout. Les locaux accueillants trouvent toujours le temps de faire découvrir aux visiteurs la culture du thé de Xiamen. Le thé le plus populaire est le Tieguanyin Oolong en provenance d’Anxi, qui est fait pour être dégusté dans de petites tasses.

On aime aussi le café à Xiamen. Il n’est pas rare de voir quelqu’un assis devant une fenêtre, tasse de café à la main, seul ou avec des amis. Discuter autour d’une boisson est l’une des activités les plus courantes de la ville.

Les statistiques montrent que Xiamen compte désormais plus de 2 000 cafés, plus au mètre carré que n’importe où ailleurs en Chine. Un grand nombre d’entre eux sont installés dans la rue Hubin Nord.

Ouverte, innovante et agréable à vivre sont les adjectifs les plus fréquemment attachés à la ville. Cette année, Xiamen a eu une nouvelle mission, celle d’accueillir le sommet des dirigeants des BRICS. Cela aura sans nul doute pour effet de la rendre plus visible sur la scène internationale et d’accélérer son intégration au développement mondial. Une nouvelle ville émerge à Xiamen.