Aktuelle Position : Zuhause >> Société >> Text

Adieu au marché de Tianyi

2017-11-16      Texte de Hu Zhoumeng Photographies de Chen Jian    

  • CHEN9146.jpg

  • CHEN9198.jpg

  • CHEN9279.jpg

  • 00CJ2066.jpg

  • 00CJ2255.jpg

  • CHEN9484.jpg

< >

  Bien que la période d’achats pour les fêtes n’arrive pas avant plus d'un mois, le marché des petits objets de Tianyi, le plus grand de son genre à Beijing, est déjà couvert de monde. À côté du deuxième périphérique ouest de la capitale, Tianyi est considéré par de nombreux habitants comme ayant « tout ce dont on puisse avoir besoin ».

  Malheureusement, c'était la vente de clôture. Des pancartes de liquidation étaient affichées partout, et les clients alourdis de sacs ou même de valises vidaient les étagères. Leur enthousiasme pour le shopping semblait sans fin. Au-dessus des cris des marchands, les haut-parleurs répétaient que le marché fermerait officiellement ses portes le 16 septembre 2017.

  

  Pour résoudre des problèmes tels que la pression démographique, la pollution de l'air, les embouteillages et la flambée des prix des logements, Beijing a lancé une campagne visant à supprimer les « fonctions non liées à son statut de capitale » en 2015. Les marchés de gros comme Tianyi attirent une forte circulation de personnes et de biens, et sont devenus des lieux à déplacer ou réorganiser. À ce jour, plus de 370 marchés de gros ont été délocalisés. Dès la fin de l'année 2015, Tianyi a fermé son magasin de Di’anmen. Au début du mois de juillet 2017, les négociants du marché des petits objets de Tianyi ont reçu un avis leur annonçant la fermeture de ce marché ouvert depuis 25 ans.   

  

  Dernier jour

  

  Le 15 septembre 2017 à 7 h 30, le garde de sécurité Ping Yu, âgé de 28 ans, a ouvert les portes du marché comme d'habitude. Les clients qui attendaient déjà à l'extérieur ont immédiatement envahi l’espace. Le nombre de visiteurs a considérablement augmenté les derniers jours, surtout vers 10 h, les conducteurs attendant parfois deux heures pour se garer dans le parking souterrain.

  

  Il y a quatre ans, lorsque Ping a quitté sa ville natale de la province du Shanxi pour Beijing, il a rejoint l'équipe de gardes de sécurité du district de Xicheng et travaille depuis au marché de Tianyi. Ses tâches consistaient également à orienter les clients et à les aider à trouver les gens perdus. Les derniers jours du marché, de nombreux clients de longue date lui ont demandé à poser pour une photo avec eux. « Le marché va disparaître pour toujours, tant de gens veulent le garder dans leurs souvenirs avec des photos », observe-t-il.

  

  Plus grand marché de gros et de détail de petits objets à Beijing, Tianyi était composé de trois bâtiments sur une superficie totalisant 41 400 mètres carrés, soit près de six terrains de football. Le marché réunissait 1 900 stands qui proposaient plus de 130 000 sortes de produits, des vêtements, cadeaux et articles de papeterie aux appareils ménagers et cosmétiques.

  

  Li Ying, âgée de 65 ans, se faufile dans la foule pour rejoindre son mari, Xie Kai, qui tient à la main un bâton de selfie. Elle lui montre un sac à dos brun qu'elle vient d'acheter pour 25 yuans (3,8 dollars). Cette cliente fréquente de Tianyi y a aussi acheté son collier d'ambre, son bracelet et ses boucles d'oreilles.

  

  « Je passe souvent toute la matinée à faire des emplettes ici », dit-elle en souriant. « À l'heure du déjeuner, je mange une assiette de raviolis dans un restaurant voisin. La belle vie ! » Après la clôture du marché, ce sont surtout les dessins et sculptures d'animaux sur la place centrale qui lui manqueront. Malgré des décennies d'intempéries, les décorations emblématiques ne s’étaient jamais fanées.

  

  Un groupe de clients s’assied pour se reposer derrière les sculptures à taille humaine des douze animaux du zodiaque. Devant les sculptures, un étal vend des écharpes de soie, et le marchand crie, perché sur un tabouret : Cinq yuans pièce ! Au choix ! »

  

  La frénésie dure jusqu'à la fermeture du marché à 18 h 30. À ce moment-là, beaucoup se rassemblent à l'entrée et pointent leurs téléphones portables sur l'horloge électronique suspendue pour capturer l’instant. La chanson Unforgettable Night, la chanson d'adieu de la fête du Printemps chaque année, résonne dans les airs.  

  

  Certains voisins se plaignaient du bruit et des embouteillages causés par les entrepôts et les restaurants désordonnés, les tricycles et les grossistes transportant des marchandises. Cependant, tous ces problèmes ont disparu lorsque le marché a été fermé. L'inconvénient est qu’il est moins pratique d'aller acheter des cadeaux ou des décorations pour la fête du Printemps. Selon les plans de la Commission du commerce du district de Xicheng, une poignée de sociétés de haute technologie et de finance loueront bientôt l’espace où se trouvait le marché de Tianyi.  

  

  La relocalisation

  

  À l’aube du 13 juillet 2017, une grue est arrivée et plusieurs ouvriers ont retiré le panneau « Marché de Tianyi » du haut du bâtiment principal. Les meilleurs jours de l'enseigne fanée sont passés depuis longtemps, tout comme ceux des marchés de gros en général. À la fin des années 1980 et au début des années 1990, les petits marchés de gros comme Tianyi se sont multipliés dans toute la Chine. Au cours des dernières années, la popularisation des achats en ligne et la flambée des prix de l'immobilier dans les villes ont entraîné une chute brutale de la rentabilité de nombreux marchés.

  

  Dans le contexte du développement intégré de la région Beijing-Tianjin-Hebei, la plupart des marchés de gros de Beijing ont prévu de s'installer dans la province du Hebei ou à Tianjin. Le marché de Tianyi pourrait être relocalisé à Shijiazhuang ou Langfang. L'administrateur du marché a également organisé des voyages d'étude pour les marchands, afin qu’ils trouvent de nouveaux endroits où s'installer. Jusqu'à présent, cependant, le nouvel emplacement de Tianyi reste incertain.

  

  M. Lin, de la province du Zhejiang, exploitait une bijouterie sur le marché de Tianyi. Au cours des douze dernières années, ses colliers, broches et boucles d'oreilles se sont vendus en Croatie, au Japon et en Russie. Il a prévu de rester à Beijing après la fermeture du marché. « Je vais peut-être ouvrir un nouveau magasin sur le marché de gros de Bairong », dit-il. « Mon magasin WeChat est toujours opérationnel. Et mon réseau de partenaires d'affaires est ici. Même si j’arrête la joaillerie, je trouverai autre chose à faire. »

  

  M. Luo, de la province du Sichuan, était l'un des plus de 70 employés de nettoyage du marché. « Je ne sais pas où aller », soupire-t-il. « Peut-être irai-je vers le nouveau marché, ou je retournerai dans ma ville natale. »

  

  Dans l'après-midi du 15 septembre, He Baoqiang, qui exploitait un magasin d'articles de sport à Tianyi, est revenu « jeter un dernier coup d'œil » au marché avec son fils, qui étudie dans une école primaire locale. Il avait une vingtaine d’années quand il s'est marié et a quitté la province du Hebei pour se lancer dans les affaires à Tianyi. Ses yeux brillent quand il se souvient des exercices incendie et des célébrations organisés par le marché. « Le marché de Tianyi était toujours bien géré, et c'était comme chez nous. »

  

  Sur une borne logistique du nord-est du marché, Cui Meng, âgé de 30 ans, est presque à court de matériel. Il travaillait autrefois dans une usine d'acier de sa ville natale, dans la province du Shandong. Après le déclin de l'industrie sidérurgique, il a déménagé à Beijing pour trouver un emploi. Pendant les deux années qu'il a passées à Tianyi, son entreprise de livraison a bien fonctionné. « À notre apogée, je livrais plus d’un millier de colis par jour, en cinq ou six voyages en fourgon. »

  

  « C'est la dernière livraison pour Tianyi », soupire un de ses collègues qui prend un selfie devant le tricycle électrique chargé de marchandises. Cui le regarde monter à bord du chariot à travers un flot de personnes et de véhicules. Aucun colis ne sera plus livré au marché de Tianyi, 29 rue Fuchengmenwai, Beijing.

  

   

<

>

Adieu au marché de Tianyi

2017-11-16      Texte de Hu Zhoumeng Photographies de Chen Jian

  • CHEN9146.jpg

  • CHEN9198.jpg

  • CHEN9279.jpg

  • 00CJ2066.jpg

  • 00CJ2255.jpg

  • CHEN9484.jpg

  Bien que la période d’achats pour les fêtes n’arrive pas avant plus d'un mois, le marché des petits objets de Tianyi, le plus grand de son genre à Beijing, est déjà couvert de monde. À côté du deuxième périphérique ouest de la capitale, Tianyi est considéré par de nombreux habitants comme ayant « tout ce dont on puisse avoir besoin ».

  Malheureusement, c'était la vente de clôture. Des pancartes de liquidation étaient affichées partout, et les clients alourdis de sacs ou même de valises vidaient les étagères. Leur enthousiasme pour le shopping semblait sans fin. Au-dessus des cris des marchands, les haut-parleurs répétaient que le marché fermerait officiellement ses portes le 16 septembre 2017.

  

  Pour résoudre des problèmes tels que la pression démographique, la pollution de l'air, les embouteillages et la flambée des prix des logements, Beijing a lancé une campagne visant à supprimer les « fonctions non liées à son statut de capitale » en 2015. Les marchés de gros comme Tianyi attirent une forte circulation de personnes et de biens, et sont devenus des lieux à déplacer ou réorganiser. À ce jour, plus de 370 marchés de gros ont été délocalisés. Dès la fin de l'année 2015, Tianyi a fermé son magasin de Di’anmen. Au début du mois de juillet 2017, les négociants du marché des petits objets de Tianyi ont reçu un avis leur annonçant la fermeture de ce marché ouvert depuis 25 ans.   

  

  Dernier jour

  

  Le 15 septembre 2017 à 7 h 30, le garde de sécurité Ping Yu, âgé de 28 ans, a ouvert les portes du marché comme d'habitude. Les clients qui attendaient déjà à l'extérieur ont immédiatement envahi l’espace. Le nombre de visiteurs a considérablement augmenté les derniers jours, surtout vers 10 h, les conducteurs attendant parfois deux heures pour se garer dans le parking souterrain.

  

  Il y a quatre ans, lorsque Ping a quitté sa ville natale de la province du Shanxi pour Beijing, il a rejoint l'équipe de gardes de sécurité du district de Xicheng et travaille depuis au marché de Tianyi. Ses tâches consistaient également à orienter les clients et à les aider à trouver les gens perdus. Les derniers jours du marché, de nombreux clients de longue date lui ont demandé à poser pour une photo avec eux. « Le marché va disparaître pour toujours, tant de gens veulent le garder dans leurs souvenirs avec des photos », observe-t-il.

  

  Plus grand marché de gros et de détail de petits objets à Beijing, Tianyi était composé de trois bâtiments sur une superficie totalisant 41 400 mètres carrés, soit près de six terrains de football. Le marché réunissait 1 900 stands qui proposaient plus de 130 000 sortes de produits, des vêtements, cadeaux et articles de papeterie aux appareils ménagers et cosmétiques.

  

  Li Ying, âgée de 65 ans, se faufile dans la foule pour rejoindre son mari, Xie Kai, qui tient à la main un bâton de selfie. Elle lui montre un sac à dos brun qu'elle vient d'acheter pour 25 yuans (3,8 dollars). Cette cliente fréquente de Tianyi y a aussi acheté son collier d'ambre, son bracelet et ses boucles d'oreilles.

  

  « Je passe souvent toute la matinée à faire des emplettes ici », dit-elle en souriant. « À l'heure du déjeuner, je mange une assiette de raviolis dans un restaurant voisin. La belle vie ! » Après la clôture du marché, ce sont surtout les dessins et sculptures d'animaux sur la place centrale qui lui manqueront. Malgré des décennies d'intempéries, les décorations emblématiques ne s’étaient jamais fanées.

  

  Un groupe de clients s’assied pour se reposer derrière les sculptures à taille humaine des douze animaux du zodiaque. Devant les sculptures, un étal vend des écharpes de soie, et le marchand crie, perché sur un tabouret : Cinq yuans pièce ! Au choix ! »

  

  La frénésie dure jusqu'à la fermeture du marché à 18 h 30. À ce moment-là, beaucoup se rassemblent à l'entrée et pointent leurs téléphones portables sur l'horloge électronique suspendue pour capturer l’instant. La chanson Unforgettable Night, la chanson d'adieu de la fête du Printemps chaque année, résonne dans les airs.  

  

  Certains voisins se plaignaient du bruit et des embouteillages causés par les entrepôts et les restaurants désordonnés, les tricycles et les grossistes transportant des marchandises. Cependant, tous ces problèmes ont disparu lorsque le marché a été fermé. L'inconvénient est qu’il est moins pratique d'aller acheter des cadeaux ou des décorations pour la fête du Printemps. Selon les plans de la Commission du commerce du district de Xicheng, une poignée de sociétés de haute technologie et de finance loueront bientôt l’espace où se trouvait le marché de Tianyi.  

  

  La relocalisation

  

  À l’aube du 13 juillet 2017, une grue est arrivée et plusieurs ouvriers ont retiré le panneau « Marché de Tianyi » du haut du bâtiment principal. Les meilleurs jours de l'enseigne fanée sont passés depuis longtemps, tout comme ceux des marchés de gros en général. À la fin des années 1980 et au début des années 1990, les petits marchés de gros comme Tianyi se sont multipliés dans toute la Chine. Au cours des dernières années, la popularisation des achats en ligne et la flambée des prix de l'immobilier dans les villes ont entraîné une chute brutale de la rentabilité de nombreux marchés.

  

  Dans le contexte du développement intégré de la région Beijing-Tianjin-Hebei, la plupart des marchés de gros de Beijing ont prévu de s'installer dans la province du Hebei ou à Tianjin. Le marché de Tianyi pourrait être relocalisé à Shijiazhuang ou Langfang. L'administrateur du marché a également organisé des voyages d'étude pour les marchands, afin qu’ils trouvent de nouveaux endroits où s'installer. Jusqu'à présent, cependant, le nouvel emplacement de Tianyi reste incertain.

  

  M. Lin, de la province du Zhejiang, exploitait une bijouterie sur le marché de Tianyi. Au cours des douze dernières années, ses colliers, broches et boucles d'oreilles se sont vendus en Croatie, au Japon et en Russie. Il a prévu de rester à Beijing après la fermeture du marché. « Je vais peut-être ouvrir un nouveau magasin sur le marché de gros de Bairong », dit-il. « Mon magasin WeChat est toujours opérationnel. Et mon réseau de partenaires d'affaires est ici. Même si j’arrête la joaillerie, je trouverai autre chose à faire. »

  

  M. Luo, de la province du Sichuan, était l'un des plus de 70 employés de nettoyage du marché. « Je ne sais pas où aller », soupire-t-il. « Peut-être irai-je vers le nouveau marché, ou je retournerai dans ma ville natale. »

  

  Dans l'après-midi du 15 septembre, He Baoqiang, qui exploitait un magasin d'articles de sport à Tianyi, est revenu « jeter un dernier coup d'œil » au marché avec son fils, qui étudie dans une école primaire locale. Il avait une vingtaine d’années quand il s'est marié et a quitté la province du Hebei pour se lancer dans les affaires à Tianyi. Ses yeux brillent quand il se souvient des exercices incendie et des célébrations organisés par le marché. « Le marché de Tianyi était toujours bien géré, et c'était comme chez nous. »

  

  Sur une borne logistique du nord-est du marché, Cui Meng, âgé de 30 ans, est presque à court de matériel. Il travaillait autrefois dans une usine d'acier de sa ville natale, dans la province du Shandong. Après le déclin de l'industrie sidérurgique, il a déménagé à Beijing pour trouver un emploi. Pendant les deux années qu'il a passées à Tianyi, son entreprise de livraison a bien fonctionné. « À notre apogée, je livrais plus d’un millier de colis par jour, en cinq ou six voyages en fourgon. »

  

  « C'est la dernière livraison pour Tianyi », soupire un de ses collègues qui prend un selfie devant le tricycle électrique chargé de marchandises. Cui le regarde monter à bord du chariot à travers un flot de personnes et de véhicules. Aucun colis ne sera plus livré au marché de Tianyi, 29 rue Fuchengmenwai, Beijing.