Position actuelle  : ACCUEIL >> Facus >> texte

Le panda géant se met à jour

2017-03-14      Texte de Zi Mei

 

Le 5 septembre 2016, l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a changé le statut du panda géant ; jusqu’alors « en voie de disparition », il est désormais seulement « vulnérable » sur la liste rouge des espèces menacées. Fondée en 1964, la liste rouge est reconnue comme l'inventaire le plus complet des espèces végétales et animales et fait autorité sur l'état de conservation des espèces. 

 La liste rouge couvre neuf catégories, dans lesquelles les catégories « en péril » (CR), « en voie de disparition » (EN) et « vulnérables » (VU) mettent en évidence les plantes et les animaux qui sont confrontés à un plus grand risque d'extinction.

 

 

 

 

Le travail de protection

La nouvelle désignation est basée sur le recensement national fait en Chine de 2011 à 2014, qui a compté 1 864 pandas géants à l'état sauvage, à l'exclusion des petits de moins de 18 mois, soit une augmentation de 17 % en une décennie. Les efforts du gouvernement chinois ont inversé la courbe de chute de la population de pandas géants et ont contribué au rebond de l'espèce. L'amélioration de la situation confirme que les efforts de reboisement menés par le gouvernement fonctionnent, en particulier pour les forêts de bambous et la protection des forêts, a déclaré l'UICN.

 

 

 

 

 « Dans les faits, les Chinois ont fait un très bon travail avec les pandas », affirme John Robinson, primatologue et directeur de la conservation de la Wildlife Conservation Society. « Très peu d'espèces changent de statut, c'est donc vraiment un reflet du succès obtenu par la Chine. »

   La Chine a interdit la vente de peaux de panda en 1981 et la promulgation en 1988 de la loi sur la protection de la faune a interdit le braconnage et conféré le statut de protection le plus élevé à l’espèce. La création d'un système de réserve de pandas a augmenté le nombre d'habitats disponibles. Selon le Fonds mondial pour la nature (WWF), 67 réserves de pandas, dont 26 en Chine, protègent environ 67 % de la population.  

 

 

 

 

 

Les risques existent toujours

Toutefois, Marc Brody, conseiller senior pour la conservation et le développement durable à la réserve naturelle de Wolong en Chine, note qu’il est « trop tôt pour conclure que les pandas augmentent en réalité dans la nature ; nous comptons peut-être mieux les pandas sauvages ».

« Le gouvernement mérite d’être salué pour les progrès récents qui ont été faits pour les pandas captifs et sauvages. Mais il n'y a aucune raison valable pour faire passer l’espèce à vulnérable et non plus en voie de disparition », selon lui. « En réalité, les habitats convenables ou de haute qualité pour les pandas diminuent en raison de la fragmentation causée par la construction routière, le développement du tourisme dans la province du Sichuan et d'autres activités économiques humaines. » 

 

 

 

 

  « Malgré l'amélioration de son statut, le panda géant est encore confronté à de grands défis dans la nature », convient Lo Sze-ping, directeur général de WWF en Chine. « Beaucoup d’habitats subissent une menace croissante du fait des activités humaines comme la construction d'infrastructures, et il ne faut pas oublier qu’il ne reste que 1 864 pandas sauvages. »

L'administration forestière chinoise est également plutôt pessimiste sur les progrès faits pour les pandas. Sur son site internet, elle conteste la décision du groupe de conservation, en la qualifiant de conclusion théorique basée sur quelques statistiques et indicateurs. Compte tenu de la situation actuelle de protection, le panda géant est toujours en danger et il est trop tôt pour abaisser son niveau de risque de disparition.

 

 

 

 

Les habitats naturels des pandas ont été fragmentés par des causes naturelles et humaines. Les pandas géants vivent répartis en 33 groupes isolés, dont 22 comptant moins de trente pandas, risquant donc de disparaître, et 18 comptant moins de dix pandas, risquant fort de disparaître. La fragmentation de l’habitat entrave la communication des gènes et la diversité des populations, causant une faible vitalité de l'espèce.

Le rapport de l'UICN indique également qu'au cours des 80 prochaines années, le changement climatique pourrait détruire plus d'un tiers des forêts de bambous du monde. Étant donné que les pandas survivent avec un régime alimentaire uniquement constitué de bambou, cela nuirait drastiquement aux efforts de conservation.

 

La protection continue

   « Même si l'UICN a qualifié le panda géant de simplement vulnérable, en termes de réglementation nationale et internationale, les efforts de protection ne diminueront pas », affirme le responsable d'un centre de protection des animaux sauvages du département de l'administration forestière de la province du Sichuan.

Espèce phare, le panda géant peut attirer une forte participation du grand public pour sa protection écologique. En outre, la diversité biologique des réserves est inégalée dans le monde tempéré et rivalise avec les écosystèmes tropicaux, faisant du panda géant un excellent exemple d'une espèce parapluie qui assure la protection de nombreuses autres espèces complémentaires.

 

 

 

 

 « Si leur situation de conservation baisse, ou si nous négligeons ou relâchons notre travail de conservation, la population et les habitats des pandas géants subiront des pertes irréversibles et nos réalisations seront rapidement perdues », souligne l'administration forestière. « Par conséquent, nous ne sommes pas alarmistes en continuant de souligner le statut en voie de disparition de l'espèce. »

L'UICN a également écrit dans son rapport sur l'animal que « bien que la décision de faire passer le panda géant dans la catégorie vulnérable soit un signe positif qui confirme que les efforts du gouvernement chinois pour conserver l’espèce ont été efficaces, il est extrêmement important que ces mesures de protection soient poursuivies et que les nouvelles menaces soient prises en compte. »

中国专题图库